› ACTUALITÉS



Le SNES lance, POUR SES VOEUX 2016,
le mot d’ordre :
« LA NOUVELLE SÉCURITÉ PRIVÉE »

A l’occasion de ses voeux de « La nouvelle sécurité privée », le 14 janvier aux Invalides, le SNES, associé à l’UNAFOS, a rendu un hommage solennel à l’ensemble des 150 000 agents de sécurité privée en mettant en avant deux agents : une agente et un agent, en poste le 13 novembre 2015 au Stade de France.

.Le CNAPS, la Délégation aux Coopérations de Sécurité et plus de 150 invité, professionnels, partenaires et représentants de la sécurité publique et de l'administration se sont joints à l’hommage soutenu par le partenaire mutuelle du SNES et de la profession MGP Sécurité.




Dans son discours, Jean-Pierre Tripet, Président du Syndicat National des Entreprises de Sécurité, a notamment précisé :
"Voyez dans ce concept de « Nouvelle Sécurité Privée » beaucoup plus qu’un simple slogan mais un rappel fort : de nos exigences, de nos responsabilités, de notre engagement. Il s’agit d'autant de devoirs qui, s’ils sont pleinement remplis et assumés, contribueront à finir de dessiner le nouveau visage d’un métier de plus en plus reconnu pour ce qu’il est : Utile, nécessaire, indispensable, incontournable, et légitime. La nouvelle sécurité privée, c’est d’abord l’exigence d’être à la hauteur des nouveaux enjeux sécuritaires.La nouvelle sécurité privée c’est aussi et surtout être prêt à assumer avec compétence les futures missions qui nous seront tôt ou tard dévolues. La nouvelle sécurité privée constitue la nécessité de réorganiser les compétences au sein de la branche, de revoir, d’élaborer, une nouvelle pratique tarifaire des prestations. C’est donc aussi l’enjeu des prix. »

L’occasion aussi pour le SNES d’annoncer que son projet d’"accord de branche de refonte d’un dialogue social moderne et prospectif pour la valorisation du secteur et de ses acteurs aux travers de la spécialisation des compétences» venait d’un signé par un premier syndicat de salariés : la CGT. Thierry Coudert, Préfet Délégué aux coopérations de sécurité, représentait le Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve retenu. Alain Bauer, Président du CNAPS s’est chaleureusement associé à l’hommage aux agents de sécurité privée en soulignant l’importance de leur engagement dans la sécurité générale du pays.

Enfin, le Président du SNES a conclu: "La nouvelle sécurité privée porte aussi la préoccupation profonde de l' acceptation sociale et culturelle du métier dans le paysage français. Plus que jamais, cette reconnaissance républicaine et citoyenne nous importe parce que, comme l’ont montré les récents attentats meurtriers qui ont ensanglanté le pays, la sécurité privée est un partenaire à part entière de la sécurité générale. Une réalité dont nos concitoyen, eux-mêmes partenaires indispensables de la sécurité, reconnaissent désormais toute l’utilité et toute la nécessité".

Lire le discours de Jean-Pierre Tripet dans son intégralité




LE GRAND ENTRETIEN AVEC LE PRESIDENT DU SNES
Novembre - DEcembre 2015




Récemment nommé par le CNAPS pour représenter la Profession au sein du Conseil d'Orientation de l'Observatoire National de la Délinquance et des réponses pénales,
Jean-Pierre Tripet revient sur l'actualité de la Profession.

Téléchargez l'entretien complet



SYNTHESE DE L’ENTRETIEN :

- SOCIAL : Proposition SNES d’un "Accord de refonte d'un dialogue social de branche moderne et prospectif pour la valorisation du secteur et de ses acteurs au travers de la spécialisation des compétences".

- De nouveaux socles de compétences reposant sur des "Certificats de Compétence Professionnelle-CCP" pour chacune des spécialités métiers

- Elément majeur du parachèvement de la professionnalisation : une meilleure valorisation de nos prestations et la spécialisation des compétences au travers de l’instauration des spécialités pour favoriser les évolutions de carrières

- S’il y a un constat d’échec à faire, c’est celui d’un dialogue social fondé sur la volonté d’imposer à tous ses vues. Cela ne marche pas !

- Le CNAPS, par l’intermédiaire du Président BAUER et de son Directeur le Préfet GARDERE, est notre partenaire de tout premier rang. Nous nous félicitons de sa qualité d’écoute, de sa prise en compte fine et experte des réalités économiques et sociales de notre marché.

- Le tissu économique de notre secteur : TPE, PME, ETI, groupements, groupes d’entreprises Françaises, permet à la sécurité privée de proximité, d’apporter une contribution essentielle à la sécurité générale du pays.

- Dès le 16 novembre, notre CA exceptionnel a transmis au Ministère du Travail et à Bercy des propositions opérationnelles concrètes pour faire face à l’urgence, résoudre nos besoins urgents en recrutement par le financement exceptionnel de la formation.

- La sécurité privée n’est pas un coût à réduire mais un investissement à valoriser

- Loin des stigmatisations déplacées, le SNES se félicite de voir à ses côtés émerger un nouvel acteur essentiel de la coproduction : nos concitoyens !

- Puissent les clients publics et privés avoir eux aussi un comportement aussi responsable !

- Pas question d’armer tous les agents. Des mesures sécuritaires pareilles, même très restreintes et contingentées, doivent être acceptées et comprises par nos concitoyens.

- Si on veut réussir la sécurité des fans zone de l’Euro 2016, il faut que, dès demain dans chaque ville concernée, s’ouvrent des commissions opérationnelles de coordination public-privé de sécurité, sinon …



SOCIAL : Proposition SNES d’un "Accord de refonte d'un Dialogue social de branche moderne et prospectif pour la valorisation du secteur et de ses acteurs au travers de la spécialisation des compétences" 

e-snes : Avant d’évoquer les attentats récents, nous vous proposons de faire un point sur le Dialogue social de la branche suite à la dénonciation de l’accord de 2006 sur les métiers repères par l’USP. Quelle est la position du SNES ? Où en sommes nous fin novembre ?
Jean-Pierre TRIPET : Le Syndicat National des Entreprises de Sécurité - SNES - a été très surpris de la dénonciation soudaine, de la part de l’USP, de l’Accord du 1er décembre 2006 établissant les qualifications professionnelles des métiers (dits repères) dans le cadre de la CCN. Mis brutalement devant le fait accompli, le SNES a pris acte de cette décision portant sur un Accord dont il avait, dès 2006, pris la décision motivée et argumentée de ne pas le signer. Face à une décision pour le moins précipitée et déstabilisante pour l’ensemble du secteur, le SNES, suite à la convocation d’un Conseil d’Administration exceptionnel, fidèle à ses engagements et à sa vision d’un dialogue social constructif, a pris unanimement les devants en proposant son propre Accord de substitution.

e-snes : Quel accueil les partenaires sociaux ont-ils réservé à votre proposition d’accord de substitution ?
Jean-Pierre TRIPET : Suite au rejet unanime renouvelé de la part des partenaires sociaux salariés de la branche du principe et de la méthode même de la dénonciation par l’USP, ceux-ci ont écarté le projet de substitution USP au profit de celui présenté par le SNES. Nous avons choisi de l’intituler : « Projet OTTO : Orientation, Transparence, Transformation, Opérationnel ». On ne peut être plus explicite pour exprimer qu’il s’agit d’une proposition de refonte d'un dialogue social de branche, moderne et prospectif, pour la valorisation du secteur et de ses acteurs au travers de l’acquisition de compétences.  

C’est ce projet qui est aujourd’hui sur la table de négociation et fait l’objet d’échanges satisfaisants qui permettent d’envisager une souhaitable sortie par le haut d’une situation de blocage. Blocage du fait même de la position imposée par l’intransigeance de l’USP. Une position qui semble avoir été contestée au sein même de l’USP, puisque un des signataires de la dénonciation vient de démissionner de la Vice-Présidence de l’USP.

e-snes : Pourquoi avoir attendu pour faire vos propositions ?
Jean-Pierre TRIPET : N’étant pas signataires de l’Accord de 2006, nous ne pouvions ni le dénoncer ni proposer une alternative. Je le rappelle, nous trouvions plusieurs défauts majeurs à cet accord qui se sont avérés rapidement bloquants. Il en a résulté, entre autres, la permanence du premier coefficient de notre grille de salaires — le coefficient 120 — sous le SMIC. Cela continue encore aujourd’hui à mettre la branche en difficulté récurrente, notamment devant les pouvoirs publics. Cela n’a pas été le moindre des handicaps de cet accord qui pourtant, au fil des ans avait par la force des choses, structuré le dialogue social de la branche. Plutôt qu’une dérégulation sauvage prenant au passage en otage la Négociation Annuelle Obligatoire des salaires 2016 en cours avec un accord de substitution USP, porteur de nombreuses autres difficultés, le SNES a donc pris ses responsabilités en proposant un texte adapté aux enjeux. C’est la raison pour laquelle, avec l’aval du Conseil d’Administration, j’ai chargé Serge GUYOT, Délégué Général du SNES, de travailler avec la Commission Sociale à des propositions nous sortant de cette impasse.

Un nouveau socle de compétences reposant sur des
"Certificats de Compétence Professionnelle-CCP" pour chacune des spécialités métiers

e-snes : Sur quels points clefs reposent vos propositions ?
Jean-Pierre TRIPET : Nos propositions se caractérisent en 4 axes majeurs :
1 – Orientation : Notre Accord de substitution s’inscrit dans la continuité de l’accord désormais condamné de 2006, avec une orientation majeure : le passage des métiers repères à des spécialités correspondant à la professionnalisation de l’offre et à sa valorisation auprès du marché.
2 – Transparence : L’ingénierie sociale construite par l’équipe sociale SNES propose en toute clarté et transparence de remplacer les écarts fixes entre les coefficients et donc de mettre fin à leurs effets pervers (notamment sur le coefficient 120), tout en prenant soin de préserver les effets structurants de l’ensemble du dispositif en instaurant des écarts planchers.
3 - Transformation : Notre proposition adapte l’ensemble des dispositifs de formation de la branche aux nouvelles contraintes imposées par la réforme de la formation professionnelle (Loi du 5 mars 2014) en transformant une contrainte (et des nombreuses difficultés d’applications rencontrées à ce jour… et de financements…) en une véritable opportunité instaurant de nouveaux socles de compétences reposant sur  des "Certificats de Compétence Professionnelle - CCP" pour chacune des spécialités (substituées aux métiers), avec des modules de formation courts (+/- 35h.), réalistes, opérationnels et essentiels, répondant à tous les nouveaux critères de financement.  

4 – Opérationnel : le projet encadre juridiquement la notion opérationnelle de polycompétence. Cela permet une réelle avancée en matière d’évolution des carrières, de reconnaissance pour nos collaborateurs et permet aussi une meilleure adaptabilité aux besoins concrets du marché.

Elément majeur du parachèvement de la professionnalisation : une meilleure valorisation de nos prestations et la spécialisation des compétences au travers de l’instauration des spécialités pour favoriser les évolutions de carrières

e-snes : Quel objectif général poursuivez-vous ?
Jean-Pierre TRIPET : L’objectif stratégique global pour nos métiers est double : une meilleure valorisation de nos prestations et une spécialisation des compétences opérationnelles de nos collaborateurs au travers de l’instauration des spécialités. C’est là un élément majeur du parachèvement des efforts de professionnalisation que nous avons engagés depuis des années.
Nous parvenons à cela en gardant le meilleur de l’accord de 2006 et en corrigeant de façon réellement dynamique et prospectif les défauts majeurs dont il souffrait. Nous avons en tête les besoins et les exigences légitimes de nos clients au travers de la revalorisation des compétences de nos collaborateurs. C’est pourquoi notre ambition est de poursuivre une véritable et indispensable refonte du Dialogue social de la branche. Nous l’avions méthodiquement entamée depuis plusieurs mois déjà. Depuis, elle est mise en œuvre par les négociateurs SNES (sous la houlette de Frédéric LAISNEY, Président de la Commission Sociale SNES et avec le renfort précieux de l’expertise de notre Délégué Général), soutenus par l’ensemble unanime du Conseil d’Administration SNES de 12 membres actifs et réactifs, systématiquement consultés avant toute décision !

e-snes : Vous avez aussi proposé une revalorisation dans le cadre de la NAO 2016 : laquelle ?
Jean-Pierre TRIPET  : Oui bien sûr car tout est lié. Nous avons donc voulu traduire immédiatement dans les faits cette véritable et profonde dynamisation d'un Dialogue social de branche apte à relever les défis auxquels doit faire face notre profession en pleine évolution. Notre proposition d’accord de substitution ne s’intitule pas par hasard : OTTO !  Cela démontre toute notre volonté de déverrouiller une situation volontairement bloquée. Notre projet s’accompagne donc de propositions salariales ouvertes, encore en discussion sur la base suivante : revalorisation pour toute la grille, revalorisation spécifique pour le 120, afin notamment de franchir le seuil du SMIC et revalorisation spécifique pour le 130. Les % sont en négociation. Nous restons aussi ouverts à échanger sur d’autres sujets tout à fait réalistes et concrets avec les organisations syndicales.

e-snes : Où en est-on dans le déroulement des négociations à début décembre ?
Jean-Pierre TRIPET : Les discussions se poursuivent pour sécuriser juridiquement mais aussi de façon opérationnelle au maximum l’ensemble de l’architecture rédactionnelle de l’accord, qui devrait donc constituer le nouveau socle social d’une refondation marquée du métier. Nous prenons en compte toutes les contributions et arbitrons sereinement. Restera ultérieurement, pour consolider durablement le tout, un travail prioritaire et important d’élaboration des fiches « référentiel de formation pour les « spécialités »  pour lequel le SNES et son partenaire formation UNAFOS sont d’ores et déjà prêts à accompagner les membres de la CPNEFP dans ce travail essentiel.

e-snes : Alors que le leader de la profession dénonce «un blocage du dialogue social de branche » pour justifier sa prise de distance,  le SNES que l’on pensait en retrait de la négociation sociale de branche reprend la main ?
Jean-Pierre TRIPET : Nous n’avons jamais été en retrait. On a pu, certes, être volontairement marginalisé, oui, bloqué, par la volonté clairement hégémonique de l’USP en la matière comme dans bien d’autres. Mais nous n’avons jamais cessé de travailler en profondeur et avec toute la technicité et pugnacité requises. Et, il n’a pas échappé aux observateurs attentifs et aux acteurs non aveuglés par leur complexe de supériorité que nos récentes initiatives s’inscrivent dans le droit fil de notre "appel à un aggiornamento social pour la branche" datant d’octobre 2014 (http://www.e-snes.org/i_zip/courrier-pdt-snes-28oct2014.pdf ).
Cette Lettre ouverte SNES faisant suite à l’accord NAO 2015 déjà obtenu par le SNES, affichait clairement et publiquement de manière volontariste, notre détermination à lancer l’indispensable réingénierie du socle social sur lequel le secteur pourra, dans l’intérêt de chacun de ses partenaires, notamment de ses clients privés et publics, de répondre de manière la plus performante aux enjeux et opportunités qui se présentent à un métier porteur d’avenir et de valeur.

S’il y a un constat d’échec à faire, c’est celui d’un dialogue social fondé sur la volonté d’imposer ses vues à tous. Cela ne marche pas !

e-snes : C’est une victoire pour le SNES ?
Jean-Pierre TRIPET : Nous ne raisonnons absolument pas comme cela. Et rien n’est encore signé. Nous travaillons au quotidien en homme du réel, en homme du possible pour l’ensemble de la branche. S’il y a par contre un constat d’échec à faire, c’est celui d’un dialogue social fondé sur la volonté d’imposer à tous ses vues. Cela ne marche pas ! Au SNES, nous croyons au dialogue social ouvert. C’est difficile, l’art du compromis constructif exige beaucoup d’humilité, de patience, d’écoute, mais cela paye tôt ou tard. Ce qui ne paye pas, ce sont les diktats, l’hégémonisme, la prise en otage des uns et des autres. Ce grave constat d’échec d’une telle ligne politique agressive et autiste a déjà conduit à la désunion de la profession en 2003 — redoutable erreur — et à une impasse sociale voulue, assumée et calculée. Que ceux qui conduisaient, depuis des années, une telle politique en tirent les conséquences, quoi de plus normal. Après un échec, on assume ses responsabilités. Que l’on manie le paradoxe en dénonçant un blocage dont on est intégralement responsable et qu’on pousse la manipulation jusqu’à annoncer que « l’on espère faciliter l’émergence d’un projet de la part des patrons propriétaires … » n’y change rien et ne trompe que quelques observateurs innocents ou complices. J’espère seulement que rien de délétère ne viendra perturber, voire empêcher la signature d’un accord proposé en effet par la représentation par excellence des patrons propriétaires de la profession : le SNES !
Si Securitas, enfin converti à l’unité veut adhérer au SNES, il est le bienvenu. Nous avons toujours pensé que le leader d’une profession a un rôle et une responsabilité essentielle… Et j’ai toujours dit et redit depuis la scission que ceux qui ont quitté le SNES seraient bien accueillis s’ils souhaitent y revenir. Je le redis plus que jamais !

Le CNAPS, par l’intermédiaire du Président Bauer et de son Directeur le Préfet Gardère, est notre partenaire de tout premier rang. Nous nous félicitons de sa qualité d’écoute, de sa prise en compte fine et experte des réalités économiques et sociales de notre marché.

e-snes : Le CNAPS s’est désormais imposé, en toute logique d’ailleurs, comme l’interlocuteur privilégié de la profession et a parfaitement pris en compte les enjeux, y compris économiques du secteur en se faisant notamment un militant des plus actifs de la valorisation du métier. Associez-vous le CNAPS aux évolutions sociales en cours ?
Jean-Pierre TRIPET : Attention. Ne mélangeons pas les genres : la CCN et le contrôle réglementaire. Mais il est clair que le CNAPS est notre partenaire de tout premier rang. Nous nous félicitons de la qualité d’écoute de son nouveau Directeur, le Préfet Alain Gardère et de son équipe, de sa prise en compte fine et experte des réalités économiques et sociales de marché qui sous-tendent nos enjeux. Le Président Alain Bauer a doté le CNAPS d’une « Commission dialogue social avec les salariés » dont il a confié la présidence aux Présidents de l’USP et du SNES.
Lorsque la mobilisation anti-terroriste, qui est aujourd’hui une évidente priorité, aura baissé d’un cran, je proposerai qu’elle se réunisse pour la première fois pour ensemble, informer le Conseil du CNAPS et échanger sur les avancées sociales en cours et la nouvelle donne qui s’inscrit dans le objectifs du CNAPS de professionnalisation du métier. Car le projet OTTO d’accord de branche pour la valorisation des compétences du métier répond aussi au défi sécuritaire auquel le pays doit faire face.

Le tissu économique de notre secteur : TPE, PME, ETI, groupements, groupes  d’entreprises françaises, permet à la sécurité privée de proximité, d’apporter une contribution essentielle à la sécurité générale du pays

e-snes : Cela nous amène en effet aux conséquences des attentats du 13 novembre. Quelle est la lecture du SNES de ces événements vis-à-vis du métier ?
Jean-Pierre TRIPET : Tout d’abord le SNES, dès le 14 novembre, a tenu à rendre hommage aux agents privés blessés qui démontrent que nous sommes en première ligne (voir http://www.e-snes.org/i_zip/cp_snes_14nov2015-attentats.pdf). Ensuite, et je note que cela n’a pas été dit ni relevé, le tissu économique de notre secteur fait de TPE, PME, ETI, groupements, groupes d’entreprises françaises dans une écrasante majorité, est ce qui permet à la sécurité privée de proximité, d’apporter une contribution fondamentale et désormais incontournable à la sécurité générale du pays, de nos concitoyens et de notre économie.

Qu’il faille des drames comme celui du 13 novembre pour faire prendre conscience de cette vérité est bien regrettable. Puisse-t-on en tirer durablement des enseignements concernant l’importance vitale d’un secteur national d’acteurs français de sécurité privée de toutes tailles. Il serait temps qu’à tous les niveaux décisionnels et les plus hauts, on ait intégré cette réalité structurelle.

Dès le 16 novembre, notre CA exceptionnel a transmis au Ministère du Travail et à Bercy des propositions opérationnelles concrètes pour faire face à l’urgence, résoudre – entre autres - nos besoins urgents en recrutement par le financement exceptionnel de la formation

e-snes : Qu’est ce qui va changer après le 13 novembre 2015 ?
Jean-Pierre TRIPET : Dès le 16 novembre, un CA exceptionnel du SNES a transmis à Bercy et au Ministère du travail des propositions opérationnelles concrètes, dont des demandes d’assouplissement social et pourquoi pas d’allégements et d’exemptions, notamment de charges sur les heures supplémentaires pour faire face à nos problèmes de pénurie d’agents mobilisables rapidement. Je pense que le financement exceptionnel de la formation est une des solutions. Nous avons renouvelé ces propositions dans l’ensemble de nos nombreuses interventions médiatiques pour peser sur les événements. (Voir http://www.e-snes.org/i_zip/cp_snes_16nov2015-attentats.pdf).

La prise en compte de la valorisation et de la protection des agents en faisait partie et est désormais considérée comme une priorité. Cela est au cœur de notre proposition d’accord de branche que je vous ai détaillée plus haut. Nous n’avons par ailleurs pas attendu les attentats pour travailler sur la sécurité des entreprises. Voilà 3 ans qu’avec notre confédération la CGPME, nous travaillons de manière opérationnelle et non politique sur ces sujets. Ce qui doit changer, c’est qu’il faut cesser de courir après des présidences pour occuper le terrain médiatique, politique et déserter celui du concret tant au plan National qu’Européen…. Le SNES n’a pas cette culture du pouvoir pour le pouvoir.

Nous travaillons pour tous les entrepreneurs d’un secteur sensible qui contribue à la sécurité générale. C’est dans cet esprit pragmatique que nous n’avons cessé de travailler avec les autorités depuis samedi matin 14 novembre : CNAPS, DCS, Ministère de l’Intérieur, la cellule de continuité économique de Bercy. Je ne reviens pas ici en détails sur nos initiatives, nos propositions, nos communications... (voir en fin d’interview). Maintenant, que nos propositions soient reprises après que nous les ayons lancées, nous ne pouvons que nous en féliciter !

La sécurité privée n’est pas un coût à réduire mais un investissement à valoriser

e-snes : Peut-on continuer à acheter de la sécurité privée, le plus souvent au rabais, comme avant le 13 novembre 2015 ?
Jean-Pierre TRIPET :  Voilà la vraie question et notre réponse au SNES est simple : c’est NON !
Les acheteurs publics et privés qui ont pris le pouvoir sur les directeurs de sécurité privée depuis des années maintenant ont toujours considéré la sécurité comme un coût à minorer. Cela a contribué à tirer tout le métier vers le bas avec la complicité de ceux qui pensaient pouvoir tirer leur épingle du jeu, côté prestataires comme côté clients. Il faut battre en brèche ce point de vue. La sécurité, privée ou publique d’ailleurs, est un investissement.
On dit communément, et cela a une étrange résonnance aujourd’hui, que la sécurité n’a pas de prix. C’est faux, et nous autres professionnels le savons. La sécurité en l’occurrence privée a un prix. Et il va falloir payer ce prix si l’on veut protéger ses actifs, ses salariés, ses clients, les consommateurs, les citoyens… Bien sûr, notre offre élargie aux technologies doit être à la hauteur des attentes et des besoins. Là aussi, notre proposition d’accord de branche s’inscrit dans cette dynamique. Nous sommes au cœur des enjeux majeurs, qui sont, qui plus est, sociétaux. Nos entreprises françaises de toutes tailles, ont des actionnaires patrimoniaux impliqués et non des fonds de pension aveugles, sont les mieux placées pour relever ce défi qui passe par la proximité, la disponibilité, la réactivité. Autant de qualités dont ont fait preuve nos dirigeants et nos salariés ces derniers jours de crise exacerbée. C’est une chance, un atout considérable pour notre pays ! Comme d’ailleurs la qualité de nos forces de sécurité publique, que je félicite ici.

Loin des stigmatisations déplacées, le SNES se félicite de voir à ses côtés émerger un nouvel acteur essentiel de la coproduction : nos concitoyens !
Puissent les clients publics et privés avoir eux aussi un comportement aussi responsable !

e-snes : Les agents privés sont inquiets pour leur propre protection. Prenez-vous en considération cet aspect ?
Jean-Pierre TRIPET : Bien évidemment, et je dois compléter mon propos sur les entreprises Françaises en parlant de leurs 150 000 agents, sans lesquels rien de tout cela ne serait possible. Je leur rends au nom du SNES un vibrant hommage. Avoir entendu et lu, en ces instants intenses de mobilisation pointé à leur égards, le risque d’infiltration, me semble pour le moins, et je pèse mes mots, déplacé. Voir ainsi ce sujet hyper-sensible, certes réel, instrumentalisé à des fins douteuses, a scandalisé nombre de nos entrepreneurs adhérents et agents. Nos dirigeants, experts en sécurité et dans la gestion de leurs ressources humaines, prennent en ce domaine comme dans d’autres secteurs économiques leur responsabilité et savent pertinemment à quels interlocuteurs en référer. Est-ce le moment de troubler ainsi le regard de nos concitoyens sur nos 150 000 agents ?  Dans quel dessein ? Heureusement, les français dans cette épreuve se montrent exemplaires. Et je dois dire que fervent partisan d’une coproduction de sécurité opérationnelle de terrain et de proximité et non strictement institutionnelle dans les salons des lieux de pouvoir, le SNES se félicite de voir à ses côtés émerger un nouvel acteur essentiel de la coproduction : nos concitoyens ! Ils ne s’y trompent pas et nous saurons en être digne. Puissent les clients publics et privés avoir eux aussi un comportement aussi responsable !

Pas question d’armer tous les agents. Des mesures sécuritaires pareilles, même très restreintes et contingentées, doivent  être acceptées et comprises par nos concitoyens

e-snes : Le CNAPS a émis des recommandations pour permettre à la sécurité privée de mieux contribuer à l’effort sécuritaire. Partagez-vous les avis émis ?
Jean-Pierre TRIPET :  Bien sûr pour l’essentiel. D’autant qu’il s’agit de recommandations émises par le Conseil du CNAPS, auquel nous siégeons directement. Quelques précisions peut-être. Concernant l’armement, il faut que cela soit bien clair. Si le sujet doit être étudié, il n’est absolument pas question d’armer l’ensemble de nos agents. Cela ne peut être que très restreint et contingenté à terme. Nous ne pensons pas que cela soit souhaitable, réalisable ni acceptable par les citoyens, dont l’approbation des mesures sécuritaires prises est essentielle. Pour le reste, la formation entre autres, nous sommes à 200% pour la proposition que nous avons faite dès le 16 novembre d’un module complémentaire de « prévention attentats » pour tous les CQP.
Avec notre partenaire dédié l’UNAFOS — Union Nationale des Organismes de Formation en Sécurité —, nous n’avons de cesse d’œuvrer dans le sens du renforcement et de la professionnalisation de ce maillon essentiel du métier qui, enfin, entre au CNAPS.
Mais ce sur quoi je souhaite revenir encore et encore, c’est sur l’absolue nécessité d’une meilleure coordination opérationnelle entre privé et public.

Si on veut réussir la sécurité des fans zone de l’Euro 2016, il faut que, dès demain dans chaque ville concernée, s’ouvrent des commissions opérationnelles de coordination public-privé de sécurité, sinon …

e-snes : Le SNES qui revient régulièrement sur ce thème n’a pas été entendu ?
Jean-Pierre TRIPET :  J’ai bien dit « coordination opérationnelle », c’est-à-dire sur le terrain, en toute proximité. Nous n’en sommes qu’au tout début. J’en veux pour preuve l’opération pilote, donc expérimentale, menée à la Défense seulement depuis juillet. Nous sommes en retard et il faut rattraper ce retard de manière accélérée. Voilà pourquoi j’y reviens sans arrêt en effet. La décision publique est souvent trop lente. Voilà des mois, que dis-je des années, que nous avons milité au SNES pour la création de commissions locales de coordination de sécurité public-privé. Le projet de loi Jean-Louis Blanchou qui l’avait pris en compte, a été écarté mais il était question de revenir sur ce point. Il y a urgence. Si on veut réussir à maîtriser la sécurité des fans zone de l’Euro 2016 que le Ministre a maintenues, ce n’est qu’à la condition que dans chaque ville concernée, cette commission s’ouvre dès demain, et pas la veille de l’Euro, avec les acteurs concernés. Je suis inquiet si ce n’est pas le cas ! Nous sommes inquiets.
Arrêtons les bla-bla et les déclarations creuses ou sensationnelles sur les plateaux TV pour faire le buzz avec les scoops qu’attendent les journalistes. Au travail !

Pour terminer cet entretien, je tiens à féliciter l’énorme travail réalisé par la commission sociale du SNES et par le Conseil d’Administration. Je suis aussi fier et très reconnaissant de la mobilisation sur le terrain non seulement de nos Délégués régionaux SNES pour porter la parole de notre organisation dans les différents médias, ainsi que nos entreprises membres sollicitées. Il y a quelque chose de nouveau avec la sécurité privée Française et nous allons amplifier ce mouvement de progrès. C’est la mission du SNES.

Le SNES, ses Délégués régionaux et plusieurs de nos entreprises adhérentes, dans les médias depuis les attentats du 13 novembre 2015 pour porter les réactions et les recommandations de la profession :
http://www.e-snes.org/attentats-securite-privee-novembre.html





13, 14 ET 15 OCTOBRE 2015, LYON EUREXPO

Excellente Edition lyonnaise pour PREVENTICA 2015
avec un SNES sur tous les front


En partenariat avec l’UNAFOS, le SNES a activement participé à la dernière édition 2015 du Salon PREVENTICA. Disposant d’un stand aux côtés de son partenaire complémentaire santé MGP Sécurité, le SNES ainsi que son Président Jean-Pierre Tripet ont été présents sur plusieurs fronts:
- celui des conférences avec 3 thèmes : la collaboration avec la FFB sur le plan de la surveillance des chantiers, avec la CIAC Sud-Est concernant les actions CNAPS et avec Unafos et son Président Philippe Maquin concernant l’entrée de la formation dans le CSI.

- Trois entreprises membres sur SNES : Excelium, Abscisse Sécurité et ETSSRA, directement exposantes sur leur propre stand se sont elles aussi distinguées notamment par la présentation de solutions technologiques innovantes pour lesquelles Excelium a décroché un trophée de l’innovation 2015.

C’est dire combien la section surveillance sécurité a été animéE par la forte présence du SNES lors de cette édition lyonnaise d’un excellent crû !







8 - 9 OCTOBRE 2015

BRUXELLES : AG CoESS et GROUPE DE TRAVAIL EUROPEENS

Pour la première fois depuis sa fondation en 1989, Claude Lévy, Président fondateur du SNES et de la COESS n’a pu cette année assister (pour cause de trains belges...), à l’AG annuelle de la Confédération qui se tenait à Bruxelles.

Marc Pissens, Président, a tenu à cette occasion à lui rendre un hommage amical en présence de la délégation française SNES composée de Jean-Pierre Tripet, Président SNES, Geoffroy Castlenau, membre du "Working Committe Guarding" ainsi qu’Olivier Duran, Conseiller du Président.
Le Président du SNES a invité à Paris le" Working Committe Critical infrastructure protection" qui se tiendra avant la fin de l’année.





JUIN 2015









AVRIL 2015

tunis : le snes signe une convention de partenariat avec UTICA, son confrere tunisien, apres celle du maroc l'AN DERNIER AVEC AISP



Présent à Tunis pour intervenir lors d'une conférence organisée par la CHAMBRE SYNDICALE NATIONALE DES ENTREPRISES DE GARDIENNAGE ET DE TRANSPORT DE FONDS TUNISIENNE présidée par Mohamed NEMRI, membre de l'UTICA : Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (Fédération nationale des services), le SNES a signé avec le Président de la Chambre tunisienne une convention de coopération et de partenariat professionnel et patronal sur le même modèle que celle signée voilà un an au Maroc avec l'association chérifienne AISP.


Alors que le premier ministre tunisien présent en France en a appelé à une coopération franco-tunisienne en matière de sécurité publique, il est apparu tout à fait opportun pour le SNES d'engager sur le plan de la sécurité privée un partenariat patronal.
Retenu à Paris, le Président Jean-Pierre TRIPET a délégué sur place à Tunis Gabriel ROCCHI (Est Sécurité) adhérent du SNES, familier et expert du marché tunisien. Dans son intervention, le SNES a notamment insisté sur les approches relatives à la formation préalable non encore imposée en Tunisie et les problématiques d'événementiel sportif.
Ce faisant, le SNES qui sera présent fin avril à Berlin à la "Conférence Européenne des services de sécurité privée" organisée par la COESS, renforce sa dimension internationale toujours dans le sens de partenariats opérationnels.


RAPPEL : AVRIL 2014



CASABLANCA, dans le cadre du Salon PREVENTICA International : Signature d'une convention de partenariat et d'Echanges entre le SNES et son confrEre marocain AISP

Le SNES, première organisation patronale française de la surveillance humaine, a saisi l'opportunité de la journée TAC "Panorama des enjeux mondiaux de la sécurité des entreprises" organisée au premier Préventica Casablanca le 8 avril dernier pour signer avec son confrère marocain AISP un protocole de partenariat et de coopération qui était en gestation depuis plusieurs mois.

L'Association Interprofessionnelles de la Sécurité privée « AISP » , que Préside Rachid Aktouf (Groupe Jamain Baco), rassemble une vingtaine d'entreprises « Majors » de sécurité privée marocaines, employant plus de 45 000 Agents (sur 150 000 environ ) et totalisant près de 50% du chiffre d'affaires réalisé en la matière au Maroc. Agréée par les pouvoirs publics marocains, elle se présente comme la toute première organisation patronale des métiers « Gardiennage / Transport de Fonds / Sécurité électronique » du pays. La convention signée entre les deux organisation patronales visent notamment à mettre en œuvre des échanges croisés visant à enrichir leurs approches réciproques des grands sujets de préoccupations touchant à la professionnalisation du métier, entre autres les problématiques relatives à la formation.



Signature de la CONVENTION DE PARTENARIAT en présence du Préfet Jean-Louis Blanchou présent à la journée TAC de Casablanca. Benoit Adeline, administrateur SNES représentait le Président Michel Ferrero, retenu en France.








DECEMBRE 2014





INTERVENTION DE JEAN-PIERRE TRIPET, FUTUR PRESIDENT DU SNES, AUX 3EMES ASSISES DE LA SECURITE PRIVEE

Lors des 3èmes Assises de la Sécurité Privée organisées par la Délégation aux Coopérations de Sécurité à l'INHESJ, Jean-Pierre Tripet est intervenu dans la table ronde "CONCRETISER LA NOUVELLE ARCHITECTURE DE LA SECURITE INTERIEURE" pour mettre en évidence : "La nouvelle donne dans la géographie du secteur de la sécurité privée que constitue l'émergence de groupements d'entreprises indépendantes, par diverses approches juridiques et commerciales (GIE, Consortium, franchises, etc.) pour permettre aux PME et TPE de sécurité humaine françaises de relever le défi de la taille critique en proposant une réponse globale aux besoins des grands donneurs d'ordre nationaux. Une démarché initiée par la SNES à l'occasion de l'affaire Néo Security.
Intervention de Jean-Pierre Tripet au 3èmes Assises de la Sécurité Privée





Mobilisation des branches professionnelles :

le SNES représente la branche Prévention & Sécurité


La réunion de "Mobilisation des branches professionnelles " organisée par le Ministre du travail François Rebsamen dans le cadre du Pacte du gouvernement a mis en avant l'importance des branches pour 'un dialogue social constructif entre partenaires sociaux.
Le Ministre a tenu à souligner "combien la qualité et l'efficacité du dialogue social de branche pour tous reposaient sur un bon diagnostic projectif partagé des secteurs concernés".
Le SNES a d'ores et déjà pris ses marques en la matière avec la proposition qu'il a faite dans le cadre du projet de Fonds de modernisation sociale de la sécurité privée piloté par son Président Michel Ferrero.
Il s'agit du PROJET 3 : "Financement d’un vaste audit social stratégique conventionnel et paritaire du secteur, dans le cadre de la modernisation du dialogue social de branche et de l’actualisation de la CCN Prévention & Sécurité"
Projet innovant à suivre.

- Voir les propositions SNES au FMSSP
- Portrait statistique de la Branche par la DARES (Ministère du Travail) et état des négociations de branche dans le secteur




19 & 20 JUIN 2014


22Eme CongrEs National de la SEcurité PrivEe A Annecy :
Grand succès, plusieurs premières... et une dernière ...

Personnalités, technologies et 1er Forum des expertises métiers de la sécurité privée


Cette édition aura revêtu un caractère doublement exceptionnel.
D'une part avec le choix du nouveau Délégué aux Coopérations de Sécurité, Thierry Coudert d'y faire sa toute première intervention publique devant les professionnels de la sécurité privée, secteur qui fait partie intégrante de son domaine de responsabilité au Ministère de l'Intérieur.

D'autre part avec la dernière intervention publique de Jean-Louis Blanchou, Préfet qui quitte fin juin définitivement ses fonctions d'ancien Délégué Interministériel à la Sécurité Privée. Ce qui lui a valu des congressistes SNES réunis à Annecy une standing ovation adressée en coup de chapeau à plusieurs années de collaboration jugées par l'ensemble du SNES comme particulièrement constructives.

Ces deux temps forts ont ponctué un Congrès marqué par ailleurs par la tenue du 1er "FORUM SNES DES EXPERTISES METIERS DE LA SECURITE PRIVEE" organisé par la "Fédération SNES multimétiers des activités de sécurité privée" qui comprend désormais 11 Collèges métiers avec les derniers nés : Tranquillité & Médiation (SRM), Conseil & Audit (SCA) et enfin Cynophilie et Cynotechnique (S2C). Une première édition du FORUM qui a été plus particulièrement centrée sur plusieurs "démos" technologiques avec les drones, mais aussi les robots au sol et la cybersurveillance.

Outre Jean-Yves Latournerie, Préfet, Directeur du CNAPS, sont notamment intervenues plusieurs personnalités dont le représentant de la Fédération Nationale des Drones Civils, le vice-Président de l'association patronale marocaine AISP avec laquelle le SNES a passé une convention de coopération : Ali Ketani, venu représenter son Président Rachid AKtouf retenu au Maroc. Et enfin, les organisateurs d'EURO 2016 venus détailler le dispositif sécuritaire qui sera déployé pour cette événement exceptionnel qui aura recours aux prestataires privés et qui organise d'ores et déjà la concertation avec l'ensemble des partenaires concernés et le Ministère de l'Intérieur.

17 partenaires ont enfin présenté leur produits et services au sein de l'ESPACE PARTENAIRES FOURNISSEURS 2014-15.





JUIN 2013

21EME CONGRES NATIONAL DE LA SECURITE PRIVEE EN AVIGNON
LES 27 ET 28 JUIN 2013


DEUX PREMIÈRES NATIONALES D'AMPLEUR !
1 - Résultats du premier sondage national sur l'opinion des français sur la sécurité privée.
Première organisation patronale nationale de la surveillance humaine et du gardiennage, le SNES a voulu, au-delà des préjugés, des idées toutes faites, connaître précisément l’appréciation de l’opinion publique en général sur les activitéset les agents de sécurité privée. Lire le communiqué

Tous les résultats du sondage SNES-IPSOS sur l'image de marque de la sécurité privée

2 - Le SNES lance pour tous les agents de sécurité privée :
LE CODE DE DEONTOLOGIE DE POCHE. Un mini-code 11 x 8 cm qui tient dans la poche !

Le Décret n° 2012-870 du 10 juillet 2012 instaure un "Code de déontologie des personnes physiques ou morales exerçant des activités privées de sécurité".
et son article 3 précise qu'un exemplaire de ce code doit être remis par son employeur à tout salarié, à son embauche, même pour une mission ponctuelle...
Le SNES rend cette obligation légale extrêment simple, facile et pratique pour tous. Lire

TOUS LES TARIFS DES CODES DE DEONTOLOGIE DE POCHE



21 JUIN 2011 : GRANDE PREMIÈRE POUR LA SÉCURITÉ PRIVÉE

Le SNES accueilli en partenaire à
l'Ecole Nationale Supérieure de Police de St Cyr au Mont d'Or


Autour d'Hélène Martini, Directrice de l'ENSP et de Michel Ferrero, Président SNES,
l'équipe de direction et formation de l'ENSP et les membres du Conseil d'Administration du SNES ainsi que l'invité d'honneur du CA SNES tenu à l'ENSP : Jean-Louis Blanchou, Délégué Interministériel à la Sécurité Privée.

Le 21 juin, le SNES a tenu son Conseil d'Administration avec pour invité d'honneur le Délégué Interministériel à la Sécurité Privée, à l'Ecole Nationale Supérieure de Police de Saint Cyr au Mont d'Or près de Lyon. Cette première a eu lieu quelques jours avant la venue du Ministre de l'Intérieur le 24 juin pour la cérémonie annuelle de remise des diplômes aux élèves commissaires à laquelle asssistait aussi pour la toute première fois la sécurité privée et le président du SNES en personne.

La visite du SNES à l'ENSP constitue pour la profession un événement exceptionnel car c'est la toute première fois que l'école, rattachée au Ministère de l'Intérieur, accueille en son sein l'organe exécutif d'une organisation patronale de la sécurité privée. "C'est à l'image des avancées de la coproduction de sécurité au moment même où l'ENSP met, en partenariat avec la Branche et notamment le SNES, la dernière main à un cycle de formation (Titre RNCP) qui donnera l'aptitude obligatoire requise pour exercer les fonctions de dirigeant d'entreprise de sécurité privée" commente Michel Ferrero.

Lancement d'un Titre Dirigeant donnant l'aptitude obligatoire - (->Dossier candidature)
Accueillant la délégation SNES, Hélène Martini, Inspectrice Générale, Directrice de l'ENSP qui avait étroitement collaboré au Rapport d'Yvan Blot de l'IGA sur la sécurité privée, base des réformes en cours (CNAPS) a insisté sur sa "satisfaction et son plaisir à accueillir à l'ENSP l'organisation patronale de la surveillance humaine soulignant par là même la place que tient le secteur au sein de la sécurité générale". Et de poursuivre : "Je crois aux synergies, aux échanges. Notre mission régalienne de sécurité intérieure à des limites et il faut que nous puissions compter sur des relais. Il y a dans votre venue à l'ENSP du sens, une symbolique très forte...".
Outre la visite de l'école, le CA du SNES a bénéficié de la toute première présentation du cycle de formation que l'ENSP a conçu pour la formation des dirigeants de sécurité privée exigée par la loi et conforme au récent arrêté du 20 mai dernier (JO du 28 mai 2011) précisant le référentiel exigible de formation. Ce nouveau Titre inscrit au RNCP doit démarrer d'ici la fin de l'année.

Ce partenariat prometteur dans les deux sens est déjà effectif puisque le SNES en la personne de son Président est déjà intervenu cette année à l'ENSP dans le cadre de la formation finale des élèves commissaires. Il  est annonciateur de nombreuses autres collaborations et travaux ."Dans ce domaine partagé, il y a beaucoup à faire ensemble et vous pouvez compter sur la mobilisation du SNES" devait conclure Michel Ferrero.








9 FÉVRIER 2010 - SNES - SNCF : SIGNATURE D'UNE CHARTE "ACHAT RESPONSABLE" PARRAINÉE PAR LE MINISTÈRE DE L'IMMIGRATION

Michel Ferrero, Président du SNES, accompagné d'une partie de son Conseil d'Administration, a signé avec Guillaume Pépy, Président-Directeur Général de la SNCF et sous le parrainage d'Eric Besson, Ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire, la CHARTE DE BONNES PRATIQUES POUR DES ACHATS PERFORMANTS ET SOCIALEMENT RESPONSABLES EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ" destinée, entre autres, à lutter contre le travail dissimulé.

Consultez le communiqué

charte
snes
sncf
ministere

- Le discours de Michel FERRERO, Président du SNES
- Le discours d'Eric Besson, Ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'identité Nationale et du Développement solidaire
- Le Guide des Bonnes pratiques d'achat SNES-SNCF
- La Charte de bonnes pratiques SNES - SNCF









LANCEMENT DU LABEL SNES




Le Syndicat National des Entreprises de Sécurité (150 entreprises / 750 sites repartis partout en France /plus de 50 000 salariés) a placé sa participation au SISEG 2007 sous le signe du "Label SNES", toute première marque de professionnalisme en surveillance humaine lancée à cette occasion.


"Notre objectif est d'installer sur le marché, auprès des clients et acheteurs, cette marque de référence de bonnes pratiques professionnelles. C'est un label distinctif qu'afficheront tous nos membres respectueux des nombreux engagements qui y sont associés. Au-delà de notre Charte et du Code de Déontologie, les engagements portent sur plusieurs autres points clefs, notamment et c'est nouveau dans la profession : un système de garantie financière plus un engagement de certification qualité, deux innovations phares sur lesquelles nous mettons la dernière main" détaille le Président du SNES .

 




ORGANISMES DE FORMATION EN SECURITE


AVRIL2016 : parution au JO du 28 avril 2016 du décret 2016-515 relatif aux conditions d’exercice des activités privées de sécurité et au CNAPS. Il s’agit du texte fondateur de l’entrée de la formation sous le contrôle du CNAPS, avec la création du« Titre II BIS dédié à la formation aux activités privées de sécurité.
A paraître : Un arrêté définissant un référentiel de certification qu’il faudra obtenir et respecter pour disposer de l’autorisation d’exercer. A partir du 1er juillet 2016, les centres de formation en sécurité devront fournir un certificat attestant de leur compétence en matière de formation, certificat délivré par un organisme accrédité par le Comité français d’accréditation.








CONCOURS "JE FILME LE METIER QUI ME PLAIT" 2016 : les élèves de 2ème année CAP Agent de Sécurité du lycée Ampère à Vendôme (41) sélectionnés pour le Concours "je filme le métier qui me plait" créé par Canaldesmétiers.tv. Bravo à "LA NOUVELLE GENERATION DE LA NOUVELLE SECURITE PRIVEE".

Découvrez le film (3 minutes) sur : http://www.jefilmelemetierquimeplait.tv/selection-officielle/session-2016/misconceptions/prk20_jf16_11767.html





CONSEIL D'ADMINISTRATION SNES DE CRISE DU 16 NOVEMBRE 2015 - COMMUNIQUE MESURES EXCEPTIONNELLES "ETAT D'URGENCE" - DEMANDES TEMPORAIRES AU MINISTERE DU TRAVAIL ET PERMANENTES AUX PARTENAIRES DE LA BRANCHE. Communiqué




RECOMMANDATIONS CNAPS POUR LA SECURITE PRIVEE :
REACTION DU SNES


Le SNES se félicite de la célérité avec laquelle le CNAPS, suite à son Conseil du 19 novembre, a pu émettre sa liste de recommandations concertées. Alors que nos entreprises et nos agents sur le terrain font tout leur possible pour répondre de manière la plus professionnelle et opérationnelle au défi sécuritaire, il est ô combien précieux d’avoir, avec le CNAPS, un partenaire institutionnel métier expert réactif et performant, susceptible d’être entendu au plus haut niveau et de relayer nos demandes.
Communiqué CNAPS du 19 novembre 2015




Suite aux attentats parisiens du 13 novembre dernier, hommage, questions, interrogations, contribution de la Sécurité Privée -
Communiqué du 14 novembre 2015





TOUR DE FRANCE MGP-SNES DE LA MUTUELLE SANTE OBLIGATOIRE - J - 3 MOIS POUR METTRE EN PLACE VOTRE MUTUELLE OBLIGATOIRE - Tout savoir et décider avec le SNES et la MGP Sécurité, Mutuelle Générale de la Police.



TOUR DE FRANCE snes-mgp

BORDEAUX : 30/09, 11h30-Château Haillan
TOULOUSE : 30/09, 18h30 - HOTEL PULLMAN
PARIS : 01/10, 18h30 - novotel vaugirard
marseille : 7/10, 18h30 - pullman
nice : 8/10, 11h30 - novotel
lyon : 13/10, 14h00 - salon preventica
Lille : 22/10, 8h30 - COUVENT DES MINIMES

RENSEIGNEMENTS & INSCRIPTIONS AU SNES


Adhérez au SNES
pour bénéficier des garanties et tarifs dans le cadre du partenariat SNES- MGP Sécurité.







OBLIGATION DE MISE EN PLACE
D'UNE MUTUELLE AU 1/01/2016




En devenant adhérent SNES, vous bénéficiez du partenariat SNES-MGP SECURITE pour mettre en place, à tarifs très compétitifs, votre mutuelle obligatoire.

Mutuelle obligatoire :
- Guide Pratique à l'attention des dirigeants d'entreprises de sécurité


- L'offre SNES / MGP en détails



IMAGE DE MARQUE -
PERCEPTION DU SECTEUR




le sondage européen TNS Opinion & Social de mars 2015 confirme le sondage SNES-IPSOS de juin 2013


> 8 européens sur 10 estiment se sentir en sécurité en Europe et dans leur pays, dévoile le sondage TNS Opinion & Social, réalisé en mars 2015 pour la Commission européenne.

> Nouveauté d'actualité grandissante 49% des personnes interrogées expliquent que le terrorisme est l'enjeu sécuritaire le plus important du moment en Europe.

Voir le détail du sondage de mars 2015

Rappel des résultats du sondage SNES-IPSOS de juin 2013











LE SNES, SPONSOR DU "CHALLENGE INTER UNITES CANIN 2014"



Les 13 et 14 septembre au Breuil a eu lieu le 10è challenge inter unités canin. Un rendez-vous ouvert au public où se rencontrent les professionnels de la sécurité. En l'occurrence des maîtres-chiens, mis en situation pour tester et évaluer leur prestation. A noter cette année la présence de Philippe Maquin, Président UNAFOS, et de Thierry Coudert, délégué aux coopérations de sécurité.

La coupe challenge du SNES, remise en jeu chaque année, a été gagnée par Mr. CUVILLIER de la société Mondial Protection.
2ème : M. GREGOIRE (Lancry)
3ème Mr. THEFFO (Agence Cynophile de Sécurit).


+ d'infos sur le site de la Nouvelle République

Site du Challenge inter-unités 2014
 
mai 2014

DRONE ET SECURITE PRIVEE :
UNE PREMIERE !

Le SNES et la Fédération Professionnelle du drone civil (FPDC) signent une Convention Nationale de partenariat :



Michel Ferrero, Président du SNES et Emmanuel de Maistre, Président de la FPDC, représentants des deux organisations leader de leur univers respectif, ont signé le 16 mai 2014 la toute première Convention Nationale de Partenariat existant dans le domaine des drones à usage civil.

L'objectif du SNES et de la FPDC est tout d'abord d'aider et d'accompagner leurs adhérents respectifs à s'inscrire de manière professionnelle dans le développement annoncé des drones civils à usage de prestations de surveillance et de sécurité privée.
Lire la suite





NOVEMBRE 2013

SNES et UMIH valorisent et distinguent par un label commun les prestataires formant spécifiquement leurs agents dédiés aux Etablissements festifs de nuit….




La "Convention Nationale de Partenariat concernant les agents intervenant dans les établissements de nuit et autres lieux festifs" a été signée à Cannes par Michel Ferrero et Roland Heguy, Président Confédéral de l'Union des Métiers et Industries de l'Hôtellerie. S'y ajoute le lancement du "Label commun SNES-UMIH sur la Sécurité des Etablissements de nuit - SEN".

UN POTENTIEL DE PLUS DE 4000 ETABLISSEMENTS CLIENTS EN FRANCE
Ce label sera décerné aux entreprises prestataires de sécurité privée qui formeront spécifiquement leurs agents intervenant dans ces domaines. Le module spécifique "SEN" (32h) contenu dans le CQP APS SEN dédié à la sécurité dans le secteur CHRD (*), en complément du CQP de branche, est un titre inscrit au RNCP, délivré par le Centre de formation de l'UMIH aux agents internes des établissements de nuit disposant de service interne de sécurité.

La Convention SNES - UMIH prend désormais en compte le nombre grandissant du recours aux prestataires privés de sécurité par les quelques 4 à 5000 établissements de nuit de toute nature, bien au-delà des seules discothèques et autres boites de nuit qui animent désormais l'univers festif et nocturne français.

Loin des "videurs, portiers et gros bras" d'antan, l'activité spécifique événementielle de nuit exige de plus en plus de savoir-faire autant que de savoir-être et ceux d'entre vous qui s'y consacrent le savent pertinemment. C'est fort de ce constat commun que les deux organisations leaders entendent ainsi contribuer à revaloriser cette spécialité et à professionnaliser cette authentique expertise.

La signature d'une Convention quelle qu'elle soit constitue qu'une première étape. L'essentiel reste à faire. C'est la base à partir de laquelle nous allons approfondir un partenariat gagnant - gagnant. Les engagements et garanties doivent être réciproques bien sûr. J'ai incité l'UMIH à signer de son côté la "Charte de bonnes pratiques d'achats" puisque ses membres sont des donneurs d'ordre. Nous allons former une commission mixte de travail qui va maintenant entrer dans le vif du sujet et dans les procédures d'agréments pour bénéficier du Label. Ce n'est là qu'un début" commente Michel Ferrero qui a participé à la table ronde en présence de Eric Brendel, Directeur Adjoint du CNAPS chargé des opérations et animée par Laurent Lutse, Président de la Branche CHRD de l'UMIH




Prestataires spécialisés en CHRD (Cafés Hotel Restaurants Discothèques) et autres établissements festifs, notamment de nuit:

Je demande à bénéficier du LABEL SNES-UMIH SEN - Sécurité Etablissement Nuit


Une initiative du "Collège métier SNES Sécurité événementielle & surveillance de nuit et activités festives"





NOVEMBRE 2013

SNES et UMIH valorisent et distinguent par un label commun les prestataires formant spécifiquement leurs agents dédiés aux Etablissements festifs de nuit….




La "Convention Nationale de Partenariat concernant les agents intervenant dans les établissements de nuit et autres lieux festifs" a été signée à Cannes par Michel Ferrero et Roland Heguy, Président Confédéral de l'Union des Métiers et Industries de l'Hôtellerie. S'y ajoute le lancement du "Label commun SNES-UMIH sur la Sécurité des Etablissements de nuit - SEN".

UN POTENTIEL DE PLUS DE 4000 ETABLISSEMENTS CLIENTS EN FRANCE
Ce label sera décerné aux entreprises prestataires de sécurité privée qui formeront spécifiquement leurs agents intervenant dans ces domaines. Le module spécifique "SEN" (32h) contenu dans le CQP APS SEN dédié à la sécurité dans le secteur CHRD (*), en complément du CQP de branche, est un titre inscrit au RNCP, délivré par le Centre de formation de l'UMIH aux agents internes des établissements de nuit disposant de service interne de sécurité.

La Convention SNES - UMIH prend désormais en compte le nombre grandissant du recours aux prestataires privés de sécurité par les quelques 4 à 5000 établissements de nuit de toute nature, bien au-delà des seules discothèques et autres boites de nuit qui animent désormais l'univers festif et nocturne français.

Loin des "videurs, portiers et gros bras" d'antan, l'activité spécifique événementielle de nuit exige de plus en plus de savoir-faire autant que de savoir-être et ceux d'entre vous qui s'y consacrent le savent pertinemment. C'est fort de ce constat commun que les deux organisations leaders entendent ainsi contribuer à revaloriser cette spécialité et à professionnaliser cette authentique expertise.

La signature d'une Convention quelle qu'elle soit constitue qu'une première étape. L'essentiel reste à faire. C'est la base à partir de laquelle nous allons approfondir un partenariat gagnant - gagnant. Les engagements et garanties doivent être réciproques bien sûr. J'ai incité l'UMIH à signer de son côté la "Charte de bonnes pratiques d'achats" puisque ses membres sont des donneurs d'ordre. Nous allons former une commission mixte de travail qui va maintenant entrer dans le vif du sujet et dans les procédures d'agréments pour bénéficier du Label. Ce n'est là qu'un début" commente Michel Ferrero qui a participé à la table ronde en présence de Eric Brendel, Directeur Adjoint du CNAPS chargé des opérations et animée par Laurent Lutse, Président de la Branche CHRD de l'UMIH




Prestataires spécialisés en CHRD (Cafés Hotel Restaurants Discothèques) et autres établissements festifs, notamment de nuit:

Je demande à bénéficier du LABEL SNES-UMIH SEN - Sécurité Etablissement Nuit


Une initiative du "Collège métier SNES Sécurité événementielle & surveillance de nuit et activités festives"






A L'ÉCOUTE DES ACHETEURS
RÉSULTATS GRANDE ENQUÊTE CLIENTS / UTILISATEURS ET PRESTATAIRES



La «  Convention Nationale de la Sécurité Privée » du 8 avril dernier, a été l’occasion de dévoiler les résultats  d’une enquête menée auprès des prestataires et clients de Sécurité Privée. 
Découvrez les principaux et l'ensemble des résultats  de ce sondage réalisé par le cabinet « Serda-Lab »* pour étayer le débat  donneurs d’ordre et prestataires et contribuer à instaurer  entre ces deux partenaires,  une indispensable relation équilibrée fondée sur le partage d'une réelle etvaleur ajoutée et un nouveau contrat de performance durable et responsable.
 
Les résultats parfois étonnants mais toujours intéressants de cette enquête unique en son genre, sont précieux pour nous aider à sortir -ensemble- du cercle vicieux du dumping social, réglementaire, tarifaire et qualitatif. Une situation de marché  que le secteur connait depuis trop longtemps maintenant.

* Enquête en ligne menée par SerdaLab (groupe Serda) entre le 21 février et le 28 mars 2008 auprès d’un échantillon représentatif interrogé de 120 directeurs d’entreprises de sécurité privée et de 430 utilisateurs/clients (directeurs de services généraux, directeurs de sécurité …)