2fa

2FA : Notre dossier pour tout connaitre sur l’authentification à double facteur

Selon un sondage BVA, 70 % des Français pensent que la digitalisation du monde porte atteinte à leur vie privée. Cette préoccupation s’illustre par la multiplication des méthodes de protection des données personnelles. L’authentification en deux étapes 2FA fait partie des nombreux protocoles actuellement utilisés. Nettement plus sécure que le mot de passe, il préserve des cyberattaaques et des indiscrétions en tout genre. Découvrez-en davantage à travers ces quelques paragraphes.

Authentification double facteur ou 2FA

À l’instar de Facebook, de nombreuses applications demandent un numéro de téléphone ou une adresse mail pour valider la création d’un compte. C’est le cas de Gmail, Skype et bien d’autres plateformes. Si la personne se connecte sur un appareil inhabituel, le programme la convie à s’authentifier. Un code va alors être envoyé à son portable ou sa boîte de courriels. Cette approche permet de vérifier qu’il s’agit bien du titulaire du compte.

L’authentification à double facteur ou 2FA est aussi la voie de recours si jamais la personne se trompe de mot de passe ou l’a tout simplement oublié. L’envoi du SMS sur son portable résout le désagrément instantanément. Certaines applications attendent ce message pour s’ouvrir automatiquement. D’autres suggèrent de changer le keyword. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une manière de bloquer toute tentative d’intrusion depuis le PC d’un hacker.

Plusieurs manières d’authentifier un utilisateur

La 2FA ou « Two-Factor Authentication » en anglais utilise un second moyen pour valider la connexion sur un compte. Les programmes ont surtout recours au SMS pour envoyer la clé, mais ce n’est pas l’unique méthode exploitée. Certains emploient le courrier électronique. Il existe divers codes. La plupart d’entre eux ont une validité limitée à une courte période.

Certaines applications utilisent le time-based one-time password ou TOTP. C’est un mot de passe temporaire. Le code tournant ou l’appairage avec le Smartphone. Les éditeurs tels que Microsoft ou Google proposent leurs propres « authentificateurs ». Il y a aussi des solutions 2FA tiers comme Twilio Authy et Duo Mobile. Dans certaines situations, l’empreinte digitale ou l’authentification vocale est requise. Encore plus complexes, la clé cryptographique et la reconnaissance faciale sont deux méthodes qui gagnent du terrain.

Meilleure protection des données privées

L’authentification à double facteur améliore la sécurité des données privées. Elle préserve les comptes et les appareils des intrusions de pirate informatique. Difficiles à contourner, les technologies 2FA suffisent à bloquer une grande majorité des hackers dans leur démarche. Les informations sensibles seront aussi à l’abri des regards indiscrets, en l’occurrence ceux d’un conjoint jaloux.

Pour les dossiers ultraconfidentiels et les comptes délicats, il vaut mieux recourir à deux authentifications 2FA distinctes. Cela élève le niveau de sécurité à un tout autre palier. En effet, un malware sévissant sur les téléphones Android permet déjà aux pirates de lire les codes envoyés par SMS à leur cible. Surnommé Rampant Kitten, ce programme-espion démontre la nécessité d’une seconde ou troisième 2FA.

A lire également  AT&T reste muet sur la diffusion en ligne des informations de ses clients

Approche simple, multisupport et gratuite

Les programmes d’authentification à double facteur sont majoritairement faciles à utiliser. Il repose sur un téléphone portable ou une adresse de courrier électronique. La réception est gratuite et instantanée. Seuls quelques rares processus exigent une connexion Internet. Dans tous les cas, le procédé reste intuitif avec deux étapes à suivre tout au plus pour ne pas décourager les utilisateurs pas familiers à la technologie.

le concept du 2fa

La majorité des authentifications 2FA sont multisupports. Certains de ces programmes fonctionnent sur un ordinateur, un téléphone portable ou un autre appareil. Quel que soit le matériel employé, la protection des données privées demeure au même niveau. Puis, l’usager garde le contrôle total sur son compte. Il pourra par exemple changer son mot de passe aussi régulièrement qu’il le souhaite, afin de renforcer davantage la sécurité numérique.

Application dans une multitude de domaines

L’efficacité de l’authentification en deux étapes est démontrée par de nombreuses utilisations. Cette méthode offre un gage de sécurité supplémentaire pour les applications de Microsoft et de Google. Les réseaux sociaux sont également légion à recourir à cette approche. Puis, il y a les plateformes où il faut une validation par mail pour se connecter à l’espace personnel.

Les services bancaires utilisent couramment les technologies 2FA. Elles leur permettent de s’assurer que les renseignements sensibles, mais surtout l’argent des clients, soient bien protégés. L’authentification double facteur réduit considérablement le risque d’usurpation d’identité et l’abus sur carte bancaire. Dans cette optique, les acteurs de la vente en ligne demandent parfois aux consommateurs de confirmer leur commande par un code directement envoyé sur leur portable.

Bonus : conseils pour bien choisir un système d’authentification 2FA

lastpass vs 1password

Bien qu’elle ne soit pas encore adoptée par tous, l’authentification double facteur est sur le point de s’imposer comme un standard de sécurité. Outre la confirmation par SMS, le code à courte validité tel que celui de Digiposte permet d’avoir l’esprit tranquille. Tant mieux s’il est possible de télécharger Google Authentificator. Cette application est compatible aux appareils Android, mais également avec iOS.

Lastpass est un gestionnaire de mot de passe à connaître. Il propose de verrouiller tous les comptes sur les réseaux sociaux et toutes les plateformes avec login. C’est le genre d’outil indispensable en cas de perte de son smartphone ou si les enfants jouent avec l’appareil. Beaucoup moins populaire que les autres, Aegis est un programme open source proposant un code à usage unique par téléphone.

Yohann G.