Passer aux véhicules électriques serait fantastique pour la santé des enfants

Adopter des véhicules électriques serait merveilleux pour la santé des enfants.

Dans une ère où la transition écologique prend une place centrale dans les débats mondiaux, l’adoption massive des véhicules électriques se présente comme une solution prometteuse pour réduire les émissions de polluants atmosphériques. Selon un rapport récent de l’American Lung Association, cette mutation pourrait se révéler particulièrement bénéfique pour la santé des enfants, souvent plus vulnérables aux problématiques de qualité de l’air.

Les projections du rapport, fondées sur un scénario où tous les nouveaux véhicules vendus dès 2035 seraient exempts d’émissions, indiquent une possible réduction significative de diverses affections respiratoires chez les enfants. En détail, on parle d’une diminution de 2,7 millions de cas d’asthme, et ce n’est que le début. L’influence positive embrasserait également 147 000 cas de bronchite aiguë évités et une réduction notable des symptômes affectant les voies respiratoires supérieures et inférieures. Plus impressionnant encore, cette transformation aurait le potentiel de prévenir jusqu’à 508 décès d’enfants.

Ces chiffres alarmants mettent en évidence la sensibilité accrue des enfants à la pollution de l’air, une vulnérabilité due notamment à leurs poumons qui continuent de se développer. Laura Kate Bender, de l’American Lung Association, souligne l’importance cruciale d’envisager le passage aux véhicules électriques à travers le prisme de la santé infantile, illustrant son propos par des expériences personnelles liées à l’asthme.

Mais cette transition ne s’annonce pas sans défis. Alors que la demande pour les véhicules électriques connaît une croissance, elle est freinée par des considérations telles que le coût élevé, et les incertitudes quant à la fiabilité et la disponibilité des infrastructures de recharge. Malgré cela, les ventes de véhicules électriques montrent une progression constante, représentant un peu plus de 8 % des ventes totales de véhicules en 2023.

Ces efforts s’inscrivent dans un contexte plus large de lutte contre le changement climatique, où les voitures à moteur à combustion figurent parmi les principaux contributeurs aux émissions mondiales. Réussir cette transition nécessite également de s’attaquer au challenge de l’approvisionnement en électricité, car les bienfaits sur la santé sont maximisés lorsque les véhicules électriques sont alimentés par un réseau exempt de combustibles fossiles.

A lire également  10 meilleures techniques de référencement pour générer du trafic organique

L’approche visant à électrifier complètement le parc automobile aux États-Unis d’ici 2050, conformément à l’objectif de zéro émission nette fixé par le président Biden, implique d’interrompre la vente de véhicules à essence autour de 2035. Cet horizon, pourtant crucial pour la santé publique et surtout celle des enfants, requiert une politique volontariste, accompagnée de mesures concrètes pour faciliter cette transition, malgré les réticences et les pressions des divers secteurs concernés.

À travers ce rapport, l’American Lung Association espère sonner l’alarme et encourager les décideurs à adopter des politiques plus strictes en matière d’émissions des véhicules, pour le bien de la santé publique et la protection de l’environnement. Ce faisant, même si les voitures à essence continuent d’être produites, elles devraient être significativement plus propres, offrant ainsi une voie vers de réels progrès environnementaux et sanitaires.

Yohann G.