alibaba cloud

Alibaba : les États-Unis mènent l’enquête

Le département américain du commerce mène une enquête sur Alibaba. Washington craint que les données privées des concitoyens soient accessibles aux dirigeants chinois. La suspicion pourrait aboutir à un bannissement total des services Cloud de la multinationale fondée par Jack Ma.

Le Cloud d’Alibaba en ligne de mire

D’après Reuters, l’Office of Intelligence and Security mène une enquête sur une filiale d’Alibaba dédié au Cloud computing. L’agence de presse britannique cite trois sources concomitantes pour cette information qui relève de la géopolitique. Créée par le régime de républicain de Donald Trump, cette aile du département américain du commerce dispose d’une force exécutoire.

L’Office of Intelligence and Security est habilité à restreindre ou interdire toute transaction technologique américano-chinoise. Cette autorité fédérale peut décider en qui concerne les compétences numériques étrangères admissibles aux États-Unis. Pendant son mandat, le président sortant américain avait eu les géants de la high-tech chinois dans son viseur. Huawei, TikTok et Xiaomi étaient ciblées avant Alibaba Cloud.

Une probable question de sécurité nationale

L’enquête en cours sur Alibaba Cloud doit déterminer si la menace relève de la sécurité des États-Unis ou non. Les questionnements reposent sur la méthode de stockage des informations personnelles. Le rapport devrait préciser si les clients américains de ce prestataire en ligne s’exposent à de quelconques dangers, en l’occurrence sur le vol de propriété intellectuelle.

Les inquiétudes du département américain s’appuient également sur un éventuel accès des autorités chinoises aux données stockées dans les serveurs d’Alibaba. L’enquête devrait éclairer les zones d’ombre sur le véritable pouvoir entre les mains du gouvernement de Pékin. La possibilité de bloquer les logins uniquement pour nuire aux utilisateurs d’outre-Atlantique est évoquée.

A lire également  Google Docs : Outil de phishing malgré lui ?

Le géant de l’e-commerce pourrait se plier aux ordres de Washington

Seul le rapport d’enquête devrait justifier si les craintes américaines sont fondées. Dans l’affirmative, le gouvernement fédéral pourrait décider de sommer Alibaba à déployer des mesures pour réduire les risques. Il pourra même fermer les services aux clients se trouvant aux States. Quoi qu’il en soit, cette affaire constitue un obstacle de plus pour le géant de l’e-commerce chinois qui tente péniblement de conquérir le marché étasunien.

Le premier centre de données du groupe Alibaba est ouvert aux États-Unis en 2015. Ce fut le pionnier d’une exportation hors des frontières de la République populaire de Chine. Toutefois, le cloud computing de l’équipe de Jack Ma a du mal à décoller au pays de l’oncle Sam. Selon Gartner, le marché américain lui rapporte moins de 50 millions de dollars par an.

Un feuilleton américano-chinois sur fond de vide juridique

Alibaba Cloud a déjà retenu l’attention de l’administration Trump en août 2020. À l’époque, le président sortant reproche aux prestataires de services en ligne chinois d’exposer les informations sensibles des concitoyens. Le risque sur les données personnelles, mais surtout sur l’espionnage industriel fut évoqué. Le discours américain sur la protection des renseignements stockés dans le cloud chinois rappelle le langage de l’Union européenne sur la question. En absence de cadre légal et sans le Privacy Shield, le flou juridique persiste.

Yohann G.