bear market

Définition du Bear Market

Aviez-vous déjà entendu parler des « bears » ou des « bulls », des notions souvent utilisées dans le domaine du marché des actions ? En réalité, utilisés par les traders, ces deux termes désignent la situation du marché des bourses à un moment bien défini.

À l’heure actuelle, on constate une augmentation du nombre de marchés ayant intégré le bear market. Mais jusqu’ici, nombreux sont encore ceux qui ne savent pas de quoi il s’agit. Et c’est justement le sujet dont nous allons parler dans cet article. Autrement dit, nous allons définir ce qu’est le bear market, voir comment il fonctionne et évaluer son impact sur le marché des actions.

Bear market : définition

Un bear market : qu’est-ce que c’est exactement ?

En plus simple, un bear market n’est autre que la période durant laquelle on constate une baisse des prix des actions. En d’autres termes, il s’agit d’une baisse pouvant aller jusqu’à -20 % par rapport aux pics les plus récents.

Les baisses en question constituent le reflet de l’humeur négative du marché sur une période. Et dans la majorité des cas, elles sont les résultats directs des baisses que l’on constate sur le marché. On peut aussi parler de bear market dans le cas de baisse sur le BEL 20 ou le CAC 40, deux indices du marché des actions.

Sinon, le bear market peut également constituer une baisse du cours des matières premières pour une durée de plus de 2 mois. Si vous pensez que la récession pourrait être liée au bear market, eh bien, vous avez raison. C’est l’une des raisons principales pouvant entraîner les bear markets.

Est-ce que l’on peut donner une définition précise de ce qu’est un bear market ?

À vrai dire, il n’y a pas de définition particulière de ce qu’est un bear market. Généralement, un bear market fait allusion à une baisse constante du coût des actions. Pour les organismes financiers, cela représente une baisse considérable de -20 % du marché des actions.

Et comme il a été mentionné précédemment, le bear market est souvent lié à un renversement de l’économie, soit à une récession. Ce qui pourrait entraîner une hausse du taux de chômage. Un bear market peut alors être identifié dans le cas où vous connaîtriez le cycle de conjoncture dans lequel se trouve l’économie actuelle.

Si cette dernière est en phase de redressement, le bear market serait, dans ce cas bien précis, improbable. Sinon, si le cycle de conjoncture est sur le point de traverser une bulle, il est probable que cela puisse entraîner un bear market. Dans ce cas, soyez attentif ! Évaluez la situation avant d’investir dans les bourses.

Si l’on se réfère à l’appellation du bear market, il fait référence à comment un ours attaque sa proie. Il va de ce fait faire des mouvements de haut en bas, contrairement à un taureau qui attaque de bas en haut.

Comment peut-on interpréter un bear market ?

Quand on regarde de près le cours des actions, il représente les tendances en matière de revenus des investisseurs. Autrement dit, étant donné que le marché est en baisse, cela va entraîner à son tour une régression de la valeur des actions.

Du côté des investisseurs, cela va occasionner une précipitation et une crainte qui constitueront par la suite une décision de sécuriser leurs actions. Mais dans tous les cas, les krachs boursiers seront inévitables.

Sachez tout de même que cette baisse de -20 % ne s’applique pas au marché universel. Il ne s’agit donc pas d’une définition conventionnelle de ce qu’est un bear market. D’autres paramètres sont à prendre en compte pour sécuriser votre placement. Notamment les comportements des autres investisseurs. Et quand le marché des bourses entre en bear market, la plupart des investisseurs se veulent d’éviter les risques. C’est pourquoi ils ont tendances à investir dans l’or ou dans les obligations d’État, des placements plus sûrs et plus rentable.

Quels sont les éléments pouvant entraîner un bear market ?

Plusieurs facteurs peuvent entraîner un bear market. On peut par exemple parler d’une baisse de l’économie, ou encore d’une baisse du taux de la population active. Sinon, le bear market peut également être en relation directe avec la limitation de la progression du PIB, la régression de la productivité, et avec l’affaiblissement de la productivité des entreprises.

D’autres paramètres pouvant déclencher un bear market : le manque de confiance des investisseurs. Un mauvais présage peut alors entraîner une vente des actions des investisseurs dans le but d’éviter les pertes. D’ailleurs, le bear market peut durer jusqu’à plusieurs années. Une période durant laquelle il est envisageable de redresser le marché, mais qui pourrait causer une chute considérable des coûts des actions.

Il y a par ailleurs ce que l’on appelle le bear market cyclique. Il s’agit ici d’une baisse du marché qui n’est pas en relation avec l’effondrement de l’économie. Celui-ci peut durer jusqu’à quelques mois. La pandémie de Covid-19 est un exemple illustrant le mieux un bear market cyclique. En 2020, mois de mars pour être précis, le marché des bourses est entré dans un bear market. Conséquences : un crash boursier d’envergure internationale.

Quels seraient alors les conséquences directes d’un bear market ?

Concrètement, qu’est-ce qui va se passer si le marché des actions entre en bear market ? Plusieurs répercussions seront constatées. De la baisse des cours des actions à la diminution de la confiance des consommateurs, en passant par la hausse du taux de chômage et la vente des actions des investisseurs par peur de perdre leurs actions.

A lire également  Raisons pour lesquelles les grandes entreprises devraient investir dans le Bitcoin

Baisse des cours des actions

Durant la phase de bear market, les cours des actions ne cessent de chuter. On se confrontera alors à une volatilité des actions pouvant entraîner une baisse considérable.

​Baisse de la prise de risques pour les investisseurs

Quand le coût des actions baisse, les investisseurs préfèrent éviter les risques. C’est une psychologie qui va entraîner une prise de contrôle du marché par le bear market. De ce fait, c’est le bear market qui va déterminer les prévisions pour les prochains mois, voire les prochaines années.

​Augmentation du taux de chômage

Quand le bear market prend le contrôle du marché des actions, cela signifie que l’économie est en chute libre. Du moins, ces deux éléments sont interdépendants. Cela va entraîner une hausse du taux de chômage. Du côté des entreprises, il y a moins de recrutements. Certaines se tournent même vers le licenciement du personnel.

​De moins en moins de ventes pour les entreprises

Quand vient l’heure du bear market, les entreprises vont devoir se confronter à des difficultés pouvant les entraîner à réaliser de moins en moins de ventes. Cela s’explique particulièrement par la baisse de la confiance des consommateurs. Ces derniers préfèrent en effet faire des épargnes au lieu d’augmenter leurs dépenses. Cela afin de se concentrer davantage sur les produits de première nécessité. Par conséquent, si les ménages diminuent leurs achats, pour les entreprises, c’est un synonyme de situation défavorable. Cela induit logiquement à une perte.

​Quels sont alors les différentes phases d’un bear market ?

4 phases représentent un bear market. En premier lieu, on constate une hausse considérable des prix, suivie de la baisse des cours des actions. À cela s’ajoutent l’arrivée des spéculateurs et la baisse des prix.

​1ʳᵉ phase du bear market

La première phase d’un bear market est représentée par une hausse considérable des prix entraînant par la suite un sentiment de confiance du côté des investisseurs. Par contre, ces derniers vont quitter le marché et récupérer les gains qu’ils ont acquis.

​2ᵉ phase du bear market

Au terme de la 1re phase, les cours des actions vont diminuer, tout comme la productivité, les activités et les profits des entreprises. Ce sont par conséquent les principaux signes qui représentent une chute de l’économie. D’ailleurs, on appelle ces éléments les indicateurs économiques qui, avant le bear market, étaient au-dessus de la moyenne. Et à cause du bear market, ils vont chuter et passer en dessous de la norme. Ce qui va entraîner une capitulation, c’est-à-dire que les investisseurs vont paniquer et certains vont même quitter le marché.

​3ᵉ phase du bear market

La 3ᵉ phase du bear market est représentée par l’arrivée des spéculateurs. En réalité, ce sont des débutants qui viennent d’arriver sur le marché et qui viennent augmenter le volume ainsi que le prix des échanges.

​4ᵉ phase du bear market

C’est durant la 4ᵉ phase que la baisse des cours des actions persiste. La période sera plus longue en effet. Pour les investisseurs, la baisse des prix représente une opportunité de revenir sur le marché. Et dans ce cas, on ne parle plus de bear market, mais de bull market.

​Comment différencier un bear market d’une correction ?

Bien évidemment, un bear market se différencie de ce que l’on appelle une correction. On parle de correction quand il s’agit d’une tendance d’une durée de pas plus de 60 jours. Il s’agit alors d’une opportunité, voire d’un moment propice pour trouver un point d’entrée dans un bull market. Par contre, on ne trouve que très rarement des point d’entrée dans un bear market. Cela s’explique par le fait qu’il est quasiment difficile, voire impossible, d’identifier s’il y a un vide dans un bear market.

Donc, si vous souhaitez investir dans le marché des bourses, nous vous déconseillons d’acheter des actions dans un bear market. Par contre, cela peut se faire à condition de recourir à une stratégie pouvant vous permettre de tirer parti des marchés baissiers, ou encore dans le cas où vous seriez un vendeur à découvert.

​Vous voulez faire face à un bear market ? Voici comment faire !

La meilleure façon de réagir face à un bear market, c’est de réaliser une vente à découvert. En terme technique, cette approche s’appelle le « short selling ». Mais comment faire ?

En réalité, vous pouvez emprunter des actions pour ensuite les vendre sur le marché. La prochaine étape consiste à les racheter à un prix plus intéressant. Sauf que cette méthode a un taux d’échec élevé.

Pour pouvoir emprunter des actions, il vous faudra faire appel à un courtier. Par la suite, la somme du déficit ou du bénéfice va correspondre à la différence entre le prix de vente des actions et le prix d’achat des actions.

​Finir en beauté cet article avec un exemple concret de bear market

Vous aviez par exemple vendu à découvert 100 actions pour une somme de 50 euros. Quand vient la période de baisse des prix, les actions seront couvertes à hauteur de 40 euros. Dans ce cas, vos bénéfices s’élèvent à 1 000 euros, soit 10 euros par action. Ici, on parle de la vente de 100 actions.

Dans le cas où le prix des actions augmenterait, l’investisseur devrait acheter les actions à un prix élevé. Cela induit à une perte considérable. Par contre, il est tout à fait possible de minimiser les risques pour mieux faire face à un bear market. Pour ce faire, pensez à diminuer votre nombre d’actions de croissance. Sinon, il est aussi envisageable de se tourner vers des obligations qui, en cas de bear market, enregistrent une meilleure performance. On parle ici d’un investissement dans l’or ou d’un placement dans les secteurs des produits de première nécessité, de la santé, etc.

Yohann G.