adresse email pirate

Comment vérifier si votre adresse email a été piratée ?

L’information est pour le moins sensationnelle : le FBI vient de démanteler un vaste réseau de serveurs infestés du botnet Emonet. Ce malware est spécialisé dans l’intrusion dans la boîte de messagerie électronique. Ce programme malveillant contribue au minage de données personnelles. Lisez plutôt la suite.

Pratiquement personne n’est à l’abri du piratage informatique

Le bureau fédéral d’investigation (FBI) a récemment déployé une opération qui a permis de mettre à jour tout un réseau planétaire de piratage. Conjointement mené avec l’Allemagne, la France et d’autres pays, ce ratissage dévoile la présence du Botnet Emonet dans les plus grands serveurs, en particulier ceux qui gèrent vos courriels. Le but des pirates est d’intercepter des renseignements confidentiels.

Si vous utilisez des services gratuits de type Gmail, il se pourrait que vos données soient piratées. Aucun site proposant la messagerie électronique n’a été épargné. L’éditeur d’antivirus eux-mêmes figure dans la très longue liste de concernés. Les agents du FBI ont également apporté des explications que le Malware Emonet peut être désactivé à distance. D’ailleurs, c’est bien ce qu’ils ont fait. Ainsi, il y a de fortes chances que les policiers ont déjà chassé le logiciel malveillant de votre PC.

Les gouvernements devront être en mesure de répondre

L’opération de démantèlement du FBI a été menée avec des policiers de différentes nations. Après avoir fait le « ménage » sur les serveurs infestés, ils ont communiqué des rapports aux gouvernements des pays concernés. Outre les États-Unis, la France et l’Allemagne, la Hollande, le Canada, la Lituanie et l’Ukraine ont reçu la base de données fournie par le bureau d’investigation américain.

En dépit du démantèlement et de la désinstallation du Malware, les informations collectées sont compromises. C’est une raison de plus de ne pas transmettre des renseignements sensibles par email ou via les services de messagerie. Quoi qu’il en soit, les gouvernements et les organismes chargés de la sécurité cybernétique vont devoir informer les titulaires de comptes piratés. Il est question de 4 millions d’adresses de courriel.

A lire également  L’Intelligence Artificielle et le machine learning au service de la protection des données

Traquer la présence de Botnet Emonet

Emonet est un malware spécialisé dans les réseaux d’ordinateurs. C’est un programme informatique capable d’infecter un nombre incalculable de PC de manière presque autonome. En 9 mois, les experts estiment que 1,6 million de postes ont été touchés par ce logiciel malveillant. Ce dernier a été responsable de centaines de millions de dollars de préjudice. Un scan méticuleux permet de détecter sa présence.

Emonet ne se contente pas d’infecter votre terminal. Il a invité ses « copains » ProLock, Ryuk, Egregor, Conti, Trickbot et QakBot à se joindre à lui. Parfois, le système d’exploitation du PC se plante. Dans le meilleur des cas, une simple réinstallation suffit. Il arrive aussi que les virus opèrent en catimini. Tels des felins, ils attendent le bon moment de passer à l’action. De toute évidence, le pirate derrière ces malwares vise des cibles précises, en l’occurrence les personnes fortunées et les organismes brassant des fonds.

Consulter le site Have I Been Pwned

 

Le FBI a fourni une liste comprenant 4 millions d’e-mails touchés par le botnet Emonet aux éditeurs de « Have I Been Pwned ». Ainsi, les personnes qui souhaitent savoir si leurs PC ont été infestés doivent se rendre sur cette plateforme. A priori, près de 60 % de ces terminaux sont des nouveaux ordinateurs. À ce jour, le site haveibeenpwned compte 3 millions d’utilisateurs.

Si après vérification, il s’avère que votre courriel est infecté, pensez à changer votre mot de passe. Puisque beaucoup d’utilisateurs reprennent la même formule sur l’email, les réseaux sociaux et pratiquement partout, il faudra tous les modifier. Enfin, un gestionnaire de keywords peut aussi être un allié de taille dans votre combat contre les pirates.

Yohann G.