Businessman holding world connection sketch

Découvrez les métiers du commerce international 

Avez-vous des difficultés à choisir une filière pour vos études universitaires ? Vous avez déjà un emploi, mais vous envisagez prochainement de changer de carrière ? Quelle que soit votre situation, ce tour d’horizon des différents métiers du commerce international pourrait vous inspirer.

Qu’est-ce que le commerce international et pourquoi y travailler ?

Entendez par commerce international les échanges de biens et de services entre plusieurs états distincts. Les métiers gravitent autour de l’importation et de l’exportation. La première activité consiste à vendre des produits à l’étranger. L’autre revient à faire entrer et écouler des marchandises sur le marché national. La France importe principalement des matières premières, des ressources minières, des hydrocarbures, des denrées alimentaires, du textile ou des voitures. Les opérateurs économiques tricolores exportent des articles de mode, des produits viticoles, des avions et des bijoux.

La baisse du prix des transports modernes et la démocratisation des moyens de communication, dont Internet, ont donné un essor exponentiel au commerce international. Ce secteur porteur demande énormément de main d’œuvre. Allant de la logistique au marketing en passant par les déclarants en douane, les acheteurs et les experts en droit des affaires, les compétences requises dans ce domaine sont extrêmement variées. D’ailleurs, il est toujours possible d’apprendre certains métiers sans suivre de très longues études. Jack Ma (fondateur de Ali Baba), Richard Branson (CEO de Virgin) se sont lancé dans le commerce sans qualification en particulier.

Toutefois, il y aura beaucoup plus de débouchés pour un diplômé d’une école de commerce, quelle que soit la mention (spécialisation). Les professionnels du secteur ont l’opportunité de voyager, d’apprendre l’anglais et de s’ouvrir à d’autres cultures. Il est aussi tout à fait possible de collaborer avec des fournisseurs étrangers sans bouger de chez soi grâce aux technologies (NTIC). L’expatriation est envisageable avec son lot de bénéfices, surtout avec un taux de conversion de l’euro particulièrement avantageux dans l’hémisphère sud. Puis, il y a le salaire qui reste relativement confortable. Il évolue en fonction des résultats que la personne apporte à son entreprise.

https://www.youtube.com/watch?v=5KKpz8s9O8M

Les formations ouvrant la porte aux différentes professions

Bien qu’il est tout à fait possible de se lancer dans l’import-export sans diplôme universitaire, il est vivement conseillé de suivre des études supérieures avant d’intégrer la profession. Les écoles de commerces comme l’IPAG proposent des cursus allant de Bac+2 à Bac+5.

Délivré après deux années d’études, le brevet du technicien supérieur ou BTS Commerce international donne l’accès à différents postes. Sa formation lui permet de gérer les opérations telles que la déclaration douanière, la prospection, l’achat ou la commercialisation. En plus des cours théoriques, l’étudiant dans cette filière doit aussi acquérir des expériences dans le milieu professionnel en tant que stagiaire.

Équivalent du Bac+3, le Bachelor Commerce international permet d’accéder à des postes de responsable. Outre les compétences techniques acquises lors de son brevet, l’apprenant approfondit d’autres domaines. La logistique ne devrait plus avoir de secret pour lui. Son programme de formation inclut aussi la stratégie de déploiement à l’étranger et le marketing international. Sinon, il maîtrisera également l’anglais des affaires, les droits douaniers et diverses thématiques.

Avec un bac+5 soit le Master Commerce international, le diplômé dispose de savoir-faire pointu en matière de chaîne d’approvisionnement ou management. Il a de fortes chances de décrocher un poste de chef du développement international, acheteur en chef, etc. De toutes les manières, il s’agit d’un profil polyvalent capable d’encadrer une équipe. La perspective de faire carrière à l’étranger en tant que directeur des opérations import-export est plus que probable.

Quelques exemples de métiers dans le commerce international

La nomenclature et la description du poste peuvent changer d’une entreprise à l’autre. C’est également le cas pour le salaire. Toutefois, les prochains métiers pourraient vous intéresser.

Responsable des achats internationaux

Également appelé acheteur international, ce responsable commence par déterminer les besoins exacts d’une entreprise. Souvent titulaire d’un Bachelor (bac+3) ou plus, il doit étudier les coûts et établir la meilleure façon de se procurer les biens ou services nécessaires. Il devrait parfaitement maîtriser la chaîne d’approvisionnement ainsi que les différentes péripéties de l’importation.

A lire également  Gérer les formalités pour son départ à la retraite

Son travail amène l’acheteur en chef à négocier les prix et les conditions dans différentes langues. Régler les litiges avec les fournisseurs francophones fait partie de ses attributions. De temps à autre, il se déplace à l’étranger faire de la prospection. Le sens du relationnel et une grande objectivité sont nécessaires pour pratiquer ce métier. Le salaire annuel d’un responsable des achats internationaux avoisine les 50 000 €.

Chargé de développement commercial

Ce poste est accessible pour tous les diplômés d’école de commerce, en l’occurrence les titulaires d’un bachelor ou d’un master 2. Le métier consiste essentiellement à analyser un marché et à mettre en œuvre une stratégie pour le conquérir. Cela demande des talents en marketing, de la clairvoyance et surtout du sens aiguisé des affaires. La rémunération est évolutive, mais se situe entre 2 800 et 5 000 €.

Des soft skills, c’est-à-dire des qualités personnelles sont attendues du responsable du développement commercial. Évoluant au sein d’une multinationale ou auprès d’une entreprise en pleine expansion, il peut accéder au rang de directeur des opérations import-export après quelques années d’expérience.

Responsable de la logistique internationale

La logistique englobe le transport et l’entreposage des biens matériels d’une entreprise. Le logisticien gère ainsi les mouvements de marchandises ou de matières premières. Parfois, il doit le faire à l’échelle internationale. Il connaît parfaitement les processus d’import-export et sa profession le conduit généralement à inspecter les hangars. Ce manager travaille étroitement avec les personnes chargées de l’emballage, la mise en palette, le colisage du conteneur, le débarquement au port, etc.

Il faut suivre des études supérieures pour devenir logisticien international. Plusieurs cursus mènent vers ce poste, mais 2 à 3 années de formation dans une école de commerce pourront aider à le décrocher. Un technicien logistique international gagne 50 000 € par an. Cette personne peut évoluer auprès d’une compagnie de transport, une entreprise commerciale ou bien un organisme à but non lucratif opérant à l’étranger.

Directeur des opérations import-export

Ce poste à responsabilité est réservé aux titulaires d’un master 2, soit un bac+5 en Commerce international. La personne qui l’occupe doit porter garant du bon déroulement des opérations d’importation et d’exportation. Connaissant le marché, elle a intérêt à mettre en place une planification des flux pour qu’il n’y ait pas de rupture de stock.

La réussite du Sypply Chain dépend de l’efficacité du directeur des opérations Import-Export. De toutes les manières, ce cadre est entouré d’une équipe pluridisciplinaire. Il devrait aussi développer des talents de négociateurs en plus de maîtriser l’anglais des affaires. Le salaire commence autour de 4 000 € pour un débutant, mais peut être doublé après quelques années d’expérience. Les résultats commerciaux comptent énormément.

D’autres métiers dans le commerce international

 

  • Le courtier en import-export exerce un métier qui n’exige pas de qualification en particulier. Par contre, il faut de véritables compétences pour réussir dans la profession. Cet intermédiaire du commerce aide son client à diminuer les prix. Il mène aussi des recherches à la place d’un acheteur et prospecte auprès des multiples fournisseurs. Dans tous les cas, ce facilitateur touche une commission pour chaque transaction.
  • Chef de vente, cette personne a pour mission d’assurer que les marchandises destinées à un marché étranger ou aux consommateurs nationaux soient correctement commercialisées. Doté d’un sens des affaires affûté, le Sale Manager a des objectifs financiers à honorer pour toucher un salaire fixe agrémenté d’une commission. Il doit beaucoup se déplacer et devrait avoir de nombreux contacts pour son travail.
  • L’assistant Export est souvent titulaire d’un bac+2. Sous la responsabilité d’un directeur, il a pour mission de suivre l’évolution des dossiers. Il doit régulièrement rapporter la situation d’une expédition. C’est aussi l’interlocuteur des différents intervenants, en l’occurrence les transporteurs, les déclarants en douane ainsi que les livreurs et le client final. C’est un emploi évolutif payé à partir de 2 000 € net par mois.

 

Yohann G.