Les employés de l'Apple Store affirment que leurs collègues ont été sanctionnés pour avoir soutenu les Palestiniens

Des salariés d’Apple Store révèlent des sanctions contre le soutien aux Palestiniens

Dans une mobilisation remarquable qui fait écho à travers le secteur technologique mondial, un groupe d’employés et d’ex-employés d’Apple, connu sous le nom d’Apples4Ceasefire, a pris la parole pour dénoncer des pratiques jugées discriminatoires au sein de l’entreprise américaine. Ces derniers ont mis en avant le cas de collègues sanctionnés, voire **licenciés pour avoir affiché leur soutien** au peuple palestinien au travail, à travers le port d’accessoires tels que des épingles, bracelets ou encore le keffieh, symbole reconnu de la cause palestinienne.

Cette contestation a atteint son paroxysme avec l’annonce d’une **manifestation prévue à Chicago**, hors du magasin Apple de Lincoln Park, illustrant la détermination des employés à se faire entendre. Le déclencheur de cette vague d’indignation semble être le cas d’un employé palestinien du même magasin, qui aurait été renvoyé pour avoir porté des vêtements exprimant son soutien à la Palestine, une situation exposée et discutée au sein d’un podcast par le media Palestine in America.

La lettre ouverte adressée à **Tim Cook**, PDG d’Apple, ne manque pas de rappeler les positions qu’a prises l’entreprise dans le contexte des récentes attaques entre Israël et le Hamas, où Cook exprimait sa sympathie pour les victimes israéliennes. Les auteurs de la lettre déplorent l’absence d’une démarche similaire concernant les victimes palestiniennes, malgré les ** »plus de 150 jours de violences contre des Palestiniens innocents »**.

Ce mouvement s’inscrit dans un contexte plus large de dissidence au sein des gigantes du tech, où les employés demandent de leurs employeurs une reconnaissance et un soutien accrus pour la cause palestinienne. Cette exhortation a traversé les frontières d’Apple pour atteindre Google où, en mars, plus de 600 employés ont protesté contre le financement d’une conférence technologique israélienne à New York, posant des questions éthiques sur le partenariat du géant de la recherche avec le gouvernement israélien via le projet Nimbus.

A lire également  PeopleDoc : le leader français des solutions RH Cloud

**Tariq Ra’ouf**, acteur technique majeur dans cette campagne chez Apple, souligne qu’une majorité des signataires de la lettre sont issus du secteur du commerce de détail de l’entreprise, avec une représentation significative venant de diverses fonctions et géographies. La coalition Apples4Ceasefire regroupe des voix d’employés actifs et retraités, venant des quatre coins du globe, signe indéniable de l’importance universelle de la cause qu’ils défendent.

Ra’ouf insiste sur l’opportunité unique qui s’offre à Apple, une entreprise qui vante régulièrement son engagement envers l’amélioration du monde, de passer des paroles aux actes en cette occasion historique.

L’initiative d’Apples4Ceasefire et les événements qui l’ont précédée soulèvent des questions critiques sur la responsabilité sociale des entreprises dans des contextes politiques et humains complexes, démontrant une fois de plus le pouvoir de la voix collective dans la quête de justice et d’équité.

Yohann G.