devops

DevOps : définition

Quand on associe la philosophie culturelle à un ensemble de pratiques et d’outils, on parle de DevOps. Ici, l’objectif est de pouvoir automatiser la communication, la collaboration, ainsi que la technologie utilisée au sein d’une équipe.

Depuis toujours, en travaillant avec un modèle de développement traditionnel, les équipes intervenantes ne pouvaient pas réaliser leurs tâches de manière coordonnée. Et c’est en 2007 que le mouvement DevOps a vu le jour. Cependant, les équipes informatiques opérationnelles et les équipes de développement ont mis en évidence leur désarroi quant à la collaboration avec les programmeurs. À ce stade, le terme DevOps n’a qu’une seule signification : faire en sorte que les équipes de développement et les équipes opérationnelles puissent travailler ensemble dans un processus entièrement automatisé.

Fonctionnement du DevOps

Tout d’abord, il convient de rappeler qu’une équipe DevOps est composée de développeurs et de spécialistes des opérations informatiques. Cela a pour objectif d’accélérer le déploiement des applications. Mais aussi d’en améliorer la qualité. Aujourd’hui, DevOps est une tendance culturelle qui vise à mieux organiser les équipes informatiques et celles de développement.

Dans un modèle DevOps, on parle d’une seule équipe dans laquelle les ingénieurs informatiques et les développeurs vont fusionner. À ce stade, chacun a un rôle spécifique : développer les applications, faire différents tests, déployer les produits développés, et exécuter les éventuelles opérations relatives à l’amélioration du produit.

Au sein d’une équipe DevOps, on a recours à déférents outils permettant d’automatiser, et donc d’accélérer le processus de développement d’une application. L’utilisation de ces outils va également améliorer la fiabilité du produit. En résumé, cette chaine d’outils est indispensable pour instaurer un principe visant à assurer les processus d’intégration, la livraison continue, l’automatisation, ainsi que la collaboration entre le service informatique et celui du développement.

Par ailleurs, DevOps peut aussi être appliqué aux équipes de sécurité. On parle ici de DevSecOps qui aura pour objectif d’intégrer les équipes de sécurité dans le processus de développement.

Les différentes phases d’un cycle de vie DevOps

DevOps est de nature continue. Cependant, les différentes phases du cycle de vie DevOps sont liées les unes des autres telle une boucle infinie. Cette boucle représente aussi la nécessité d’une collaboration et d’une communication constantes entre les équipes  durant tout le cycle de vie DevOps qui comprend 6 phases principales : planifier, build, intégration continue et livraison, surveillance et alertes, agir et feedback continu.

  • Planifier : adoption des pratiques Agile dans le but d’améliorer la vitesse et la qualité, donc adoption d’une approche interactive au niveau de la gestion du projet et du développement des logiciels ;
  • Build : Dispose de meilleurs supports pour les merges, les branches et la réécriture de l’historique de dépôt grâce à Git (système de contrôle de version gratuit et open source). Ce qui a permis aux équipes DevOps de créer des outils innovants et essentiels dans l’ensemble du processus de développement ;
  • Intégration continue et livraison: grâce à la CI/CD, la livraison des produits se fait de manière prévisible. Les workflows sont également automatisés et dans ce cas, on peut intégrer continuellement des tests, changer les codes, faire un dépôt de code source, etc. ;
  • Surveillance et alertes : dans chaque projet, il y a toujours des tickets qui viennent impacter le temps d’activité des collaborateurs, ainsi que la vitesse et les fonctionnalités des produits à développer. La phase surveillance et alertes vont permettre aux équipes de se tenir informées des éventuels changements, des pannes possibles et des actions à haut risque. Et c’est ainsi qu’elles puissent agir en conséquence et assurer la continuité des services ;
  • Agir : il s’agit ici de la gestion de la livraison des services informatiques aux clients. Cette action de bout en bout va cependant inclure les différentes opérations introduites dans les 5 pratiques qui soutiennent les services nécessaires à une organisation. On parle ici de la conception, de l’implémentation, de la configuration, du déploiement et de la maintenance ;
  • Feedback continu : Chaque version doit être évaluée par les équipes DevOps pour pouvoir générer des rapports en vue d’améliorer les prochaines livraisons. Par la suite, avec un feedback continu, chaque équipe DevOps pourrait avoir la possibilité d’améliorer leur processus. Et cela en essayant d’intégrer ou de mettre en pratique les retours des clients dans le but d’apporter une amélioration aux futures versions des applications.

Chaque phase du cycle de vie DevOps correspond à un outil spécifique

Quand on parle d’outils DevOps, on constate que chacun d’entre eux correspond à chaque phase du cycle de vie DevOps. L’utilisation de ces outils vise à faciliter les pratiques DevOps, dont l’automatisation, la collaboration, la surveillance et l’observabilité.

Voici quelques exemples d’outils utilisés dans le cycle de vie DevOps :

  • JiraSoftware pour la phase de planification ;
  • Bitbucket et JiraSoftware pour la phase Build ;
  • Bitbucket et JiraSoftware pour la livraison continue et l’intégration ;
  • Opsgenie pour la phase surveillance et alertes ;
  • Opsgenie, JiraService Management et Statuspage pour la phase agir ;
  • JiraService Management pour la dernière phase qui n’est autre que la phase agir.

Toutefois, nous tenons à rappeler que les outils DevOps peuvent suivre deux approches : ouverte pour la personnalisation et tout-en-un pour bénéficier d’une solution complète ne s’intégrant avec aucun outil tiers.

Les impacts positifs de DevOps sur l’organisation d’une équipe

Selon notre sondage, on a constaté que plus de 98 % des personnes interrogées ont confirmé que DevOps leur avait procuré d’énormes avantages sur leur organisation. Un impact positif sur chaque facteur tel que la vitesse de livraison, la collaboration entre développeurs, le déploiement des produits, la qualité, la fiabilité et la sécurité.

Plus grande vitesse de livraison

Grâce à DevOps, la livraison se fait de manière plus fréquente. Une petite comparaison pour illustrer le fait : la vitesse de livraison d’une équipe DevOps est 106 fois plus rapide qu’une équipe ordinaire. En ce qui concerne la fréquence, elle déploie une périodicité de 208 fois supérieure à celle d’une équipe peu performante.

Une nette amélioration au niveau de la collaboration

Le premier objectif visé avec l’adoption de DevOps c’est de pouvoir instaurer une culture de collaboration entre les équipes opérationnelles et les développeurs. Et justement, on découvre avec cette approche un réel partage de responsabilité et une vraie combinaison de travail. Une collaboration qui va aboutir à une meilleure efficacité des équipes, ainsi que des transferts de tâches.

Un avantage concurrentiel au niveau du déploiement

Avec une augmentation de la vitesse des livraisons, on constate également une amélioration de vélocité au niveau du déploiement des produits. Donc logiquement, les nouvelles fonctionnalités et la correction des bugs ont pour impact de donner un réel avantage concurrentiel pour les équipes DevOps.

Des produits plus fiables et de meilleure qualité

Les pratiques d’intégration, ainsi que la livraison continue, constituent une garantie quant à la sûreté et  à l’état de fonctionnement des changements apportés. De ce fait, les produits connaissent une amélioration en termes de qualité et de fiabilité. Et grâce à la surveillance, les équipes peuvent facilement suivre en temps réel les performances des logiciels.

A lire également  P2P definition

Les avantages au niveau de la sécurité

Quand vient la phase d’intégration de la sécurité dans la chaîne d’intégration, de livraison et de déploiement continus, DevSecOps devient une partie active de l’ensemble du processus de développement. Des audits actifs sont réalisés, et des tests de sécurité sont effectués. Ce qui fait de la sécurité un élément inclusif du produit.

Quels défis relever pour l’adoption de DevOps ?

Les habitudes et les routines sont souvent les premières difficultés à contourner au sein d’une équipe.  Et avec l’adoption de DevOps, celles qui adoptent des approches cloisonnées pourraient avoir des difficultés dans la phase de changement de structure.

Il y a aussi le fait que certaines équipes s’imaginent que l’utilisation de nouveaux outils d’automatisation suffit dans l’adoption de DevOps. Or, contrairement aux idées reçues, le terme DevOps lui-même désigne la combinaison ou l’association des ressources humaines à une culture, des outils et des pratiques nouvelles.

Il devrait donc y avoir une compréhension des valeurs dans tout le processus de développement. Cela va de l’idéation jusqu’à l’utilisation finale d’un produit. Et pour y arriver, une collaboration étroite entre toutes les équipes intervenantes est indispensable. En d’autres termes, DevOps n’est pas le travail d’une seule personne. C’est plutôt un travail collectif dans lequel tout le monde s’y met : développeurs, ingénieurs informatiques, équipes opérationnelles, etc.

Alors, afin de pouvoir accélérer le processus de migration vers une IaC (Infrastructure-as-Code), il va falloir établir une base solide au niveau de l’automatisation, des pratiques de livraison continue et de la gestion des configurations. Si une équipe DevOps arrive à contourner les difficultés occasionnées par l’augmentation de la charge de travail, elle pourra facilement accélérer le développement d’un produit.

Pour ce faire, il faut éviter toute dépendance aux outils et se concentrer davantage sur la structure même de l’équipe, ainsi que sur son organisation. Autrement dit, il faut faire en sorte que la structure de l’équipe soit établie. Ensuite, le reste suivra simplement.

Comment faire pour adopter DevOps ?

Adopter DevOps c’est avant toute chose être en mesure d’évaluer et de remplacer, voire supprimer, les équipes, les outils, ainsi que les pratiques et le processus actuellement adopté dans une organisation. En d’autres termes, l’adoption de DevOps entraine un développement de la présente infrastructure. Cela afin d’autonomiser les équipes concernées pour ensuite, améliorer leur sens de la création, de déploiement, et de gestion de leur produit. Attention, elles doivent agir en étant indépendantes des équipes extérieures.

Adopter la culture DevOps

Comme il a été mentionné plus haut, adopter DevOps c’est avant tout se tourner vers une nouvelle culture. Cela afin de faciliter la collaboration entre les équipes, mais aussi pour pouvoir travailler avec de nouvelles méthodes. Entre temps, toutes les équipes doivent collaborer et communiquer de façon continue.

La culture DevOps a alors pour objectif principal d’aligner les travailleurs sur une orientation client uniformisée. De même pour les processus et les outils à utiliser.

Continuité de l’apprentissage

Au sein des organisations dans lesquelles on adopte DevOps, on constate une constante expérimentation et une prise de risque continuelle. Ce sont d’ailleurs deux facteurs plutôt recommandés pour pouvoir adopter DevOps. Il s’agit donc d’une pratique qui consiste vraiment à sortir des habitudes et de se confronter quotidiennement à des défis et des difficultés. Et cela en vue d’instaurer un climat d’apprentissage et d’amélioration pour chaque membre de l’équipe DevOps.

Les méthodes Agile

Quand on parle de développement de logiciel, les développeurs ont souvent recours des approches particulières : les méthodologies Agile. Ces dernières vont permettre aux collaborateurs de mieux s’organiser, d’être plus flexibles, mais aussi de s’adapter et d’apporter des réponses aux changements. En d’autres termes, DevOps et Agile sont les deux procédésincontournables pour optimiser la fiabilité, ainsi que l’efficacité des équipes.

Quelles sont les pratiques DevOps ?

De l’intégration continue au monitoring, en passant par la livraison et l’automatisation, DevOps est constitué plusieurs pratiques. Les voici !

L’intégration continue

L’explication la plus plausible à l’intégration, c’est qu’elle n’est autre que l’ensemble des pratiques dont le but est de faire en sorte que le changement de code soit automatisé dans le processus de développement d’un produit. Son utilité réside sur la possibilité de merger de manière fréquente des changements de code. Cela se fait souvent dans un dépôt central où les builds et les tests sont effectués.

Pour les équipes DevOps, l’intégration continue est un moyen efficace et rapide pour pouvoir apporter des corrections en cas de bugs. Ils devront également, grâce à l’intégration continue, pouvoir optimiser la qualité de leur produit tout en réduisant le temps de validation et de livraison des nouvelles mises à jour.

La livraison continue

C’est ici une pratique qui vient s’associer avec l’intégration continue. Mais ici, les déploiements des changements de code se font de manière automatique et dans un contexte test/production. Les équipes DevOps vont travailler en suivant une chaîne de livraison continue. Un pipeline dans lequel, les builds, les tests, ainsi que les déploiements seront harmonisés dans un workflow de livraison unique.

Suivi de la situation

Afin de pouvoir travailler de manière plus efficace et plus rapide, les équipes DevOps doivent avoir accès aux données nécessaires à la réalisation de leurs tâches. En cas de défaillance de la chaîne de déploiement, ils doivent aussi être avisés de la situation. Cela dans le but de recevoir les mises à jour requises, et donc d’apporter des améliorations sur l’intégrité et les performances des produits.

Pour ce qui en est des sources de feedback indispensable pour l’éclaircissement du travail des équipes, on peut entre autres se tourner vers les journaux, les métriques, la surveillance, les traces ou encore les alertes.

L’automatisation

Plus importante que les autres pratiques DevOps, le but de l’automatisation est de permettre aux équipes d’avancer le plus vite possible, que ce soit dans le développement que dans le déploiement d’un logiciel. Toujours grâce à l’automatisation, les équipes peuvent facilement pusher les changements du code vers un dépôt central. Cela va automatiquement enclencher un processus de build, de test et de déploiement. Ainsi, la durée de ces étapes est réduite.

L’IaC ou Infrastructure-as-Code

La rapidité de la configuration et de la gestion de toute l’infrastructure est la clé de la réussite de l’adoption de DevOps. C’est valable pour les organisations disposant d’un data center comme celles qui sont dans le cloud.

L’IaC va au-delà de la configuration de l’infrastructure. Il permet de la traiter tel un code réel. Pour ce faire, l’IaC a recours au contrôle de version, aux tests et aux revues de code.

Les Microservices et le monitoring

Les microservices constituent l’ensemble des techniques architecturales et c’est dans cette pratique qu’a lieu la conception d’une application. C’est également grâce aux techniques architecturales que les applications, considérées comme des plus petits services, seront déployées et exploitées de manière indépendante.

Le monitoring, de son côté, est une approche visant à superviser l’ensemble du processus de développement. Il implique cependant les 5 phases constituant une chaîne de développement : la planification, le développement, l’intégration et les tests, le déploiement, ainsi que les opérations. Le monitoring donne aussi aux équipes la possibilité de réagir rapidement en cas d’alertes ou de baisse de l’expérience client.

 

 

Yohann G.