hotmail

Hotmail : succès et déclin du premier Webmail gratuit au monde

Dans les années 90, avoir une adresse e-mail suffit pour impressionner les autres. Les « geeks » de l’époque renonçaient au courriel attribué par le fournisseur d’accès Internet pour s’abonner à un prestataire tiers. C’est dans ce contexte qu’Hotmail a connu son âge d’or. Les temps ont changé, le service n’est plus ce qu’il était autrefois. Découvrez toute l’histoire.

Hotmail, une idée née dans les campus

Comme Facebook, Hotmail est né de l’imagination d’étudiants en technologies. Pendant leur cursus à l’université Stanford, Jack Smith et Sabeer Bhatia ont développé le prototype de ce qui allait devenir le « must to have » en matière de messagerie électronique. En 1995, les deux amis ont réuni leurs économies pour constituer 4 000 $ afin de mettre au point leur projet. L’idée a rapidement séduit les investisseurs. Un capital de départ de 300 000 $ octroyé par Draper Fisher a permis de le lancer.

Hotmail était symbole de liberté envers les fournisseurs d’accès tels que Moov ou SFR. Sortie une journée après le film « Independence Day » avec Wil Smith, la plateforme tire son nom du langage HTML que les éditeurs de pages Web connaissent très bien. Pionnier dans un secteur peu saturé, le service comprend une boîte de réception que le titulaire peut ouvrir sur n’importe quel ordinateur connecté à Internet. Avec les concurrents, il faut le faire sur une adresse IP déterminée.

L’autre avantage d’Hotmail était la possibilité de choisir soi-même le nom. Ailleurs, il était généré automatiquement et c’était juste beaucoup moins stylé. Bref, l’idée a instantanément conquis une clientèle jeune, pas nécessairement professionnelle. Le concept était novateur, même si le stockage plafonne à 2 Mo. À titre de référence, Gmail permet actuellement de disposer de 15 Go de sauvegarde en ligne et Yahoomail est presque illimité. Ce fut un âge d’or où 100 000 abonnés se sont inscrits en 1 mois.

L’intégration du Webmail à l’écosystème Microsoft

Microsoft a songé à acquérir Hotmail dès 1997. À l’époque, le service de messagerie électronique comptait 10 millions d’abonnés à son actif. Cette clientèle internationale représente déjà le quart du marché. Le leader dans le secteur était AOL (America Online). Ce fournisseur avait 12 millions de souscriptions à son portefeuille. Quoi qu’il en soit, les fondateurs d’Hotmail n’étaient pas pressés de conclure un accord avec la firme de Bill Gates.

Sabeer Bhatia confie à l’Indian Express qu’il redoute l’attitude monopolistique de Microsoft. Cela dit, le deal a été signé avec une transaction évaluée à 400 millions de dollars. Ce qui fait des deux sortant de Stanford les premiers millionnaires de l’ère Internet. Sans perdre de temps, l’éditeur de Windows a intégré le Webmail fraîchement acquis à son ensemble de services baptisé MSN. C’était aussi une manière d’étendre son marché à l’international.

Une année avant le nouveau millénaire, MSN Hotmail avait 30 millions d’utilisateurs. Quelque 150 000 abonnés supplémentaires viennent épaissir leur rang quotidiennement. La frénésie pour « L’INTERNET » passait à travers une messagerie électronique. Près des 80 % de ceux qui ont une vie numérique active avaient une adresse email. Quoi qu’il en soit, MSN Hotmail avait le mérite d’être gratuit, fiable et accessible de partout.

Porte dérobée et arrivée de Google sur le marché

hacking hotmail

Le succès de MSN Hotmail n’a pas tardé à attirer les hackers. Les programmeurs ont prouvé à quel point la plateforme était vulnérable dès 1999. Au temps des ordinateurs Pentium, il leur était possible de pirater n’importe quel compte grâce au mot de passe « eh ». Bien que Microsoft était dans le déni, la brèche a rapidement pris de l’ampleur. Wired décrit ce problème de sécurité comme l’un des plus important de l’histoire du Web 2.0 encore à son balbutiement. Un incident similaire a été rapporté en 2001. La simple création d’une URL personnalisée suffisait pour accéder à la boîte de réception d’autrui.

Les attaques de type force brutes ont aussi fait leur apparition. En quête de performance, Microsoft a lancé Internet Explorer 6 et Windows XP. La firme de Redmond était leader des hautes technologies, mais la pression concurrentielle venait de partout. Il y a notamment le navigateur Netscape. Comme les problèmes n’arrivent pas seuls, l’entreprise américaine a dû s’expliquer avec le gouvernement concernant son abus de position en tant que leader des systèmes d’exploitation.

La véritable menace pointe le bout de son nez en 2004. Au mois d’avril de cette année, Google lance le service Gmail. Le projet à l’essai proposait déjà 1 Go de stockage. L’ensemble de la prestation est gratuit. Ce qui donnait du fil à retordre pour l’équipe de Bill Gates. Il leur a fallu quelques mois de développement acharné pour arriver à 250 Mo de capacité. L’utilisateur pouvait envoyer une pièce jointe dont la taille maximale est limitée à 10 Mo.

A lire également  Calcul des éclipses 2024 : à quoi vous attendre

Windows Live a sonné le glas

Windows Live Hotmail est mis au point à l’été 2007. Cette plateforme faisait face aux services de Gmail qui ne cesse de prendre de l’envergure. Google développait d’autres offres complémentaires en plus d’être un moteur de recherche en puissance. Ce fut le début de la fin pour le Webmail créé par Sabeer Bhatia et Jack Smith. Ses administrateurs ont à peine réussi à le rendre un peu plus rapide que les concurrents, mais ce fut vain.

La vitesse de Windows Live Hotmail n’a pas tellement emballé les utilisateurs. Il avait toujours du retard comparé aux autres. En dépit du fait qu’il est devenu plus fiable, le succès ne fut pas retentissant. Pour contrer l’offensive de Google, les développeurs l’ont même relié au navigateur Mozilla Firefox et Chrome. L’abonné a aussi un moteur de recherche intégré du nom de Bing.

Des fonctionnalités intéressantes sont ajoutées à Hotmail en 2010. Ce fut une année de grande mise à jour pour le système « Wave 4 ». Microsoft a pu finaliser des filtres qui s’activent en un clic. Il était possible de nettoyer la boîte de réception en quelques gestes simples. Les nouveautés se sont bousculées avec l’intégration d’Exchange ActiveSync et des tâches planifiés. Le SSL était enfin activé par défaut.

Pluie de spams et grande migration vers Outlook.com

Hotmail a longtemps souffert de son image de service de messagerie désuet. Ses offres avaient eu du mal à séduire les véritables fans de nouvelles technologies. De plus, la plateforme est couramment prise d’assaut par les envoyeurs de spams et les professionnels du mailing de masse. Microsoft a même dû réserver le droit de résilier n’importe quel compte qui allait à l’encontre de sa politique antispam. Ce n’était pas une solution contre les messages indésirables qui inondaient les boîtes de réception.

Le simple fait d’être associé à Hotmail constituait un problème pour beaucoup d’usagers. Pour remédier à cette situation, Microsoft propose Outlook. Cette alternative jouit d’une meilleure image. Selon Brian Hall, le patron de Windows Live, cette plateforme avait une réputation d’être plus professionnelle. Depuis, les efforts ont été concentrés sur Outlook.com dont la version bêta sort à l’été 2012. L’interface épurée apporte la touche de modernité.

Les abonnés ont le choix de garder une adresse @hotmail.com ou bien de migrer vers @outlook.com. De toutes les manières, quelque 10 millions de souscriptions ont été enregistrées en seulement deux semaines. En 2013, 400 millions de comptes Outlook sont actifs contre 300 millions pour Hotmail à une époque où tout allait pour le mieux pour le service Webmail.

L’ère de la messagerie instantanée et de Skype

Microsoft Outlook. com rencontre du succès grâce à de nouvelles fonctionnalités ajoutées de manière régulière. L’intérêt pour le service connaît un pic avec le lancement de Skype. Le public apprécie également la prise en charge d’IMAP ainsi que des compléments tiers. L’éditeur a même essayé Outlook Premium, une version payante. Cet échec commercial contraint la firme de Redmond à intégrer l’offre à Office 365.

Le dernier héritier d’Hotmail n’a pas tardé à rencontrer des difficultés. Les failles de sécurité ont été démontrées par les hackers en 2019. Le pirate en question usurpait l’identité d’un agent de la relation client pour accéder aux comptes de ses victimes. Cet incident mineur oblige Microsoft à revoir sa copie. La firme a colmaté la brèche et lance par la même occasion un mode sombre pour éviter la fatigue oculaire.

Actuellement, toute connexion sur un compte Hotmail est redirigée vers outlook.live.com. Cette plateforme est compatible avec tous les types d’adresses lancées au cours de la vie du service Webmail. @hotmail, @outlook, @live, @passport ou @msn, il y en a pour tous les goûts. D’ailleurs, les internautes peuvent librement choisir l’une de ces terminaisons pour ouvrir un compte. Cela dit, le courriel tend à pendre son intérêt au profit d’autres canaux de communication. En plus de Skype, tout un panel d’outils de visioconférence et de messagerie instantanées est apparu pendant le Covid19.

Yohann G.