rue chinoise

L’effort massif de la Chine pour collecter l’ADN de son peuple inquiète les scientifiques

Des chercheurs collectent le matériel génétique d’hommes dans tout le pays pour faciliter les enquêtes criminelles, mais ils craignent que ces données ne soient exploitées.

Une étude révélant les efforts déployés par la Chine pour collecter l’ADN de millions d’hommes afin d’aider à résoudre des crimes a soulevé des problèmes de confidentialité et de consentement parmi les chercheurs.

Ils affirment que les gens ont peu d’influence sur la façon dont leurs informations sont utilisées et qu’ils ne sont probablement pas conscients des ramifications de la collecte d’ADN pour leurs familles.

En 2017, les médias officiels chinois ont initialement annoncé l’objectif du gouvernement de créer une base de données d’ADN médico-légale à l’échelle nationale.

Les données génétiques de plus de 70 millions de personnes conservées dans une but massif de profilage

Un document publié le 17 juin par l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI), un groupe de réflexion basé à Canberra, révèle pour la première fois la portée et les éléments essentiels du programme : la police collecte l’ADN d’hommes et de garçons d’âge scolaire dans tout le pays depuis plusieurs années.

Selon le rapport, ils ont l’intention de recueillir et de conserver les profils ADN d’environ 10 % de la population masculine du pays, soit jusqu’à 70 millions de personnes.

Selon l’article, ces profils d’ADN peuvent être utilisés pour créer des liens génétiques avec la population masculine totale de la Chine, qui compte environ 700 millions de personnes.

Selon le gouvernement chinois, la base de données facilitera la traque des délinquants, dont la majorité sont des hommes.

Toutefois, l’opération est également décrite dans le rapport comme faisant partie des efforts du gouvernement pour « approfondir » le contrôle social.

Selon les scientifiques et les groupes de défense des droits de l’homme, une base de données ADN contenant des informations sur des personnes qui n’ont jamais été condamnées pour un crime est sans précédent.

« C’est vraiment unique en son genre.

« Aucun autre pays ne le fait », déclare Mechthild Prinz, généticienne judiciaire au John Jay College of Criminal Justice de New York.

« Ils sortent simplement et prennent des citoyens ordinaires ».

« C’est un peu lourd », remarque-t-elle.

Les chercheurs craignent également que la base de données soit utilisée pour poursuivre toute personne qui s’oppose au gouvernement.

« Cette collecte n’a rien à voir avec la criminalité – elle a tout à voir avec la tyrannie », déclare Maya Wang, chercheuse auprès de l’organisation à but non lucratif Human Rights Watch, basée à Hong Kong.

Selon les recherches de l’ASPI, la base de données, qui est gérée par le ministère chinois de la Sécurité publique, s’appuie sur des initiatives antérieures de collecte d’ADN.

La Chine, comme d’autres gouvernements, maintient une importante base de données d’échantillons d’ADN provenant de criminels suspects ou condamnés.

Les organisations de défense des droits de l’homme ont protesté contre la collecte d’ADN auprès de groupes ethniques minoritaires au Tibet et dans la province du Xinjiang, au nord-ouest du pays.

Des données controversées

Le type de données génétiques que la Chine collecte est particulièrement controversé, car il peut être utilisé pour retrouver des membres de la famille qui n’ont pas fourni d’échantillons d’ADN.

La base de données contient des informations sur les répétitions en tandem courtes (STR), qui sont des sections répétées d’ADN propres au chromosome Y. Les STR sont remarquablement comparables entre les hommes de même ascendance.

Les STR spécifiques au chromosome Y sont remarquablement comparables entre les hommes d’une même ascendance masculine.

Cela signifie qu’un échantillon Y-STR provenant d’un homme inconnu peut être relié à tous ses parents paternels masculins.

Lorsque les données Y-STR sont liées à d’autres données, comme les arbres généalogiques, un individu peut être identifié.La base de données a été utilisée par les autorités chinoises en 2019 pour identifier un suspect qui avait commis un meurtre à Guangzhou en 2008.

La police a analysé l’ADN prélevé sur le lieu du crime pour trouver dans une base de données une correspondance avec l’un des cousins de l’homme, qui avait déjà été arrêté pour cambriolage. Cela a suffi pour établir un lien avec le meurtrier, qui vivait en Malaisie. Il a été capturé par la police chinoise la fois suivante où il est entré dans le pays.

Les services répressifs d’autres pays ont employé cette stratégie dans des enquêtes criminelles.

Toutefois, les experts affirment que les données sont normalement obtenues pour une enquête spécifique, puis jetées, alors que la Chine a l’intention de conserver éternellement les profils Y-STR.

Selon M. Prinz, cette collecte de données est strictement réglementée dans la plupart des pays, mais la base de données chinoise n’est régie par aucune loi.

A lire également  Des années durant, le nuage informatique du gouvernement indien a exposé en ligne les informations personnelles de ses citoyens

Les auteurs de la recherche de l’ASPI ont rassemblé plus de 700 documents en langue chinoise, y compris des informations concernant les séquenceurs de génome achetés par la police locale, des comptes de médias sociaux des bureaux de sécurité locaux et des articles de médias locaux, afin de révéler l’ampleur de l’effort du gouvernement chinois.

Les documents décrivent également des campagnes locales de collecte d’ADN dans 22 des 31 régions administratives de la Chine, à l’exception de Hong Kong et Macao.

La police locale se vantait dans ces documents de pouvoir prélever des échantillons – sous la contrainte si nécessaire – sur 8 à 26 % de la population masculine locale.

Les scientifiques sont particulièrement préoccupés par les allégations selon lesquelles des échantillons de sang sont prélevés sans consentement adéquat et sans que le public soit informé de l’usage qui en sera fait.

Ils affirment que la base de données pourrait être utilisée à des fins autres que les enquêtes criminelles, notamment pour retrouver et punir les membres de la famille de personnes soupçonnées d’avoir commis des délits politiques ou d’avoir critiqué le gouvernement.

« Si vous avez de l’imagination, vous pouvez imaginer des utilisations désagréables », déclare Itsik Pe’er, biologiste informaticien à l’université Columbia de New York.

En outre, comme les données Y-STR peuvent être utilisées pour créer des liens familiaux, les chercheurs pensent qu’elles pourraient révéler des informations privées, comme la paternité, de personnes dont les informations ne figurent pas dans la base de données.

Selon Wang, il n’existe aucune protection de la vie privée en Chine.

« La police fait à peu près tout ce qu’elle veut », dit-elle.

Il est indispensable de mettre en place une règlementation

La collecte d’ADN à l’échelle de l’État chinois a fait l’objet de certaines critiques.

Un scientifique du ministère de la Sécurité publique a écrit en 2015 dans la revue Forensic Science and Technology1 qu’il n’existe pas de fondement juridique en Chine pour la création d’une base de données Y-STR.

En mars, les délégués à l’assemblée nationale du gouvernement ont demandé que la collecte d’ADN soit réglementée, mais il n’est pas certain que cela se produise.

Le ministère de la Sécurité publique n’a pas répondu à la demande de commentaires de Nature sur les risques d’utilisation de la base de données à des fins autres que les enquêtes criminelles.

Le 22 juin, l’agence de presse chinoise Xinhua a publié un article dans lequel elle affirmait que l’ASPI était financé par des sociétés technologiques américaines et qu’il cherchait à nuire à la Chine, sans toutefois mentionner le rapport Y-STR.

James Leibold, membre senior de l’ASPI et co-auteur de l’étude, s’oppose à la façon dont le gouvernement chinois caractérise le travail de l’ASPI. Il affirme que l’institut reçoit des financements de la part d’entreprises américaines et autres, qui sont publiés sur son site web, et que ses recherches sont examinées par des pairs.

« Il n’y a pas de ligne éditoriale uniforme sur la Chine, seulement des études empiriques fondées sur des faits pour informer l’opinion publique », déclare M. Leibold, universitaire spécialisé dans la politique et les médias à l’université La Trobe de Melbourne, en Australie.

Certains experts se demandent pourquoi le gouvernement chinois se contente de cataloguer les données Y-STR alors qu’il pourrait cataloguer les données de séquençage des 22 autres paires de chromosomes du corps avec un peu plus de travail et de ressources. Comme ces données sont uniques à chaque personne, elles pourraient être utilisées pour les identifier.

« Ce petit effort permettrait d’obtenir un instrument médico-légal bien supérieur pour lutter contre la criminalité », déclare Fulvio Cruciani, généticien médico-légal à l’université Sapienza de Rome.

Selon M. Prinz, la Chine pourrait continuer à utiliser une base de données Y-STR en raison de son coût et de sa facilité d’utilisation. Les Y-STR sont peu coûteux et les données peuvent être analysées dans n’importe lequel des centaines de laboratoires criminels du pays.D’autres universitaires, comme Fabricio Santos, biologiste de l’évolution à l’Université fédérale du Minas Gerais à Belo Horizonte (Brésil), pensent que les autorités chinoises conservent probablement des échantillons de sang afin de pouvoir entreprendre des études plus approfondies à l’avenir si elles le souhaitent.

« C’est une question de dépenses et de temps », ajoute Santos, « mais les échantillons d’ADN seront toujours là ».

Yohann G.