photo de Elon Musk presentant l'implant neuronal neuralink

Neuralink : Elon Musk crée un cochon cybernétique

En juillet 2019, le célèbre entrepreneur milliardaire Elon Musk a annoncé l’essai de son implant cérébral Neuralink sur l’être humain. Mais pour l’instant, c’est un cochon dénommé Gertrude qui a eu l’honneur d’être le cobaye du nouveau prototype interface cerveau-machine. Une expérience hors du commun que beaucoup ont pu profiter grâce à une retransmission en direct sur YouTube.

Il a fait le buzz il y a plus d’un an. Elon Musk, fameux CEO de Tesla et de SpaceX, présentait pour la première fois l’interface cerveau-machine. Le principe consiste à fusionner les capacités cognitives de l’homme à celui de l’IA, comprenez par-là « intelligence artificielle ». Un essai sur l’être humain a d’ailleurs été annoncé.

Le 29 aout dernier, l’entrepreneur américain avait présenté la version améliorée de son dispositif lors d’un live sur YouTube. L’expérience a réuni plusieurs millions de spectateurs. Mais cette fois-ci, les scientifiques ne toucheront pas encore à un cerveau humain, mais à celui d’une truie, la petite Gertrude. Selon Musk, une puce est implantée dans une zone du cerveau de Gertrude depuis deux mois.

Lors de ce live, le cochon est placé sur un tapis roulant. Et à chaque fois que son museau est en contact avec sa mangeoire, la puce transmet à d’autres appareils les signaux synaptiques. Ces données seront exploitées automatiquement et l’interface pourra alors prédire, à tout instant, l’emplacement des membres de l’animal. Un petit pas qui a tout d’un grand, car il redonne espoir aux personnes paraplégiques.

Neuralink : un implant cérébral ?

Une version modifiée, oui, car à première vue, le design de la V2 présente quelques changements par rapport au premier modèle. Alors que la V1 était un module installé près de l’oreille, celle-ci consiste en une puce de la taille d’une pièce de monnaie. Et selon Musk, il s’agit « d’un Fitbit implanté dans votre squelette grâce à de minuscules câbles ». L’appareil peut d’ailleurs être connecté à un smartphone en Bluetooth.

Le projet interface cerveau-machine n’est pas nouveau, puisque plusieurs entrepreneurs s’y sont essayés. Seulement, à ce jour, c’est la startup de Musk qui a réalisé la plus grande avancée. Par rapport aux prototypes existants, l’appareil de Neuralink se distingue par la finesse et la flexibilité de ses câbles. Ceux-ci sont recouverts d’électrodes pour récolter un maximum d’informations. Selon Elon Musk, il ne sera pas nécessaire de se faire hospitaliser plusieurs jours pour implanter la puce. L’opération durera moins d’heure et ne laissera aucune trace, si ce n’est une cicatrice sur le cuir chevelu.

Vous vous demandez sûrement pourquoi Musk se donne autant de mal pour présenter son prototype. En réalité, tout comme l’année dernière, il s’agit d’une démarche pour recruter 10.000 personnes au sein de la startup Neuralink. En effet, pour l’entrepreneur, l’opération de séduction est importante pour attirer les talents.

A lire également  IA : découvrez comment l’intelligence artificielle révolutionne la traduction

Pour rappel, l’entrepreneur américain a co-fondé Neuralink en 2016 dans le but de créer une interface cerveau-machine sans-fil. Un instrument destiné à aider les scientifiques à guérir les maladies neurologiques. À l’avenir, cette puce pourrait aussi servir à surveiller l’état de santé de l’utilisateur et émettre une alarme si celui-ci est victime d’un accident vasculaire cérébral. L’équipe technique a également mentionné que l’interface pourrait aider les personnes paralysées à retrouver leur mobilité. L’idée consiste ainsi à placer l’implant dans la colonne vertébrale.

Elon Musk : à la course vers la « symbiose IA »

Alors que la plupart des interfaces cerveau-machine sans-fil sont créés dans un but médical, les projections de Musk vont bien au-delà. Lors du live, l’entrepreneur américain a exprimé son véritable souhait. Son dispositif servira non seulement à aider les personnes dans le besoin, mais surtout, à faire en sorte que l’intelligence humaine puisse surpasser l’intelligence artificielle. En effet, Elon Musk considère l’IA comme une menace existentielle et prône le transhumanisme. Et on ne compte plus les arguments démesurés qu’il a avancés pour appuyer ses propos.

Certes, l’essai sur les êtres humains est encore en phase de projet. Cependant, la démarche semble en bonne voie. Selon Musk, FDA lui a conféré la désignation « Breakthrough Device » ou « Appareil révolutionnaire ». Ce programme devrait accélérer le processus de développement de son dispositif.

Comme beaucoup, nous espérons que la startup reçoive l’approbation de la FDA et qu’elle puisse bientôt tester l’efficacité de la puce sur le cerveau humain. En attendant, ceux qui veulent s’y essayer doivent déjà économiser, car le prix d’un tel objet n’est pas donné. En effet, Elon Musk  prévient que son fitbit risque de « coûter un peu cher ». Cependant, le prix de l’appareil baissera au fil des années.

 

Yohann G.