sncf

Tests psychotechniques de la SNCF

Évoluer au sein de la SNCF, c’est poursuivre une carrière professionnelle stable et pratiquer un métier passionnant. Quelles que soient vos motivations pour intégrer la société nationale des chemins de fer français, il faudra commencer par réussir les tests psychotechniques. Voici quelques conseils pour passer les épreuves avec brio.      

Préparez les tests psychotechniques SNCF

Les postes à pourvoir au sein de la SNCF sont variés. Certains sont techniques, mais il a également des emplois axés sur la communication, l’administration. Il vous sera même possible d’y poursuivre une carrière commerciale. Dans tous les cas, les tests permettent à la compagnie nationale de vérifier les facultés cognitives et le sens de la logique chez chaque profil. Ils jaugent l’aptitude à occuper un poste en particulier.

Avant de décrocher un emploi chez la SNCF, il faut passer par le parcours habituel qui comprend 6 étapes commençant par la sélection de dossiers et les tests. Ces épreuves tant redoutées sont à travailler à l’avance. Des sites proposent des questionnaires types qui peuvent aider les candidats. La prestation est naturellement payante, mais dites-vous que vous investissez pour des acquis qui vous seront utiles à d’autres occasions.

Les évaluations mnémotechniques permettent de savoir si une personne peut suivre la formation pour devenir conducteur de train, aiguilleur des rails, technicien de voie ferrée ou bien agent de maintenance. La plupart des métiers au sein de la société nationale ne s’apprennent pas ailleurs. Un diplôme d’électromécanicien ou un permis de conduire pour les engins de chantier peut toujours être utile pour la sélection de dossiers. Seuls les tests départageront les personnes ayant les mêmes qualifications.

Prenez conscience des exigences du recruteur

Les tests psychotechniques de la SNCF sont réputés pour leur intransigeance. La société nationale est également connue pour imposer une longue procédure d’évaluation à ses candidats. Après les 6 étapes du recrutement, il faudra aussi endurer une période d’essai qui dure de 3 ou 6 mois selon les postes. Autant de barrières permettent à la compagnie des chemins de fer de s’assurer que la recrue est effectivement à sa place. Avant d’envoyer votre dossier en réponse à une annonce, lisez bien le descriptif du poste et le profil requis.

Sachez que pour chaque poste à pourvoir, des milliers de candidats seront en compétition. Ainsi, les notes obtenues lors des tests vont peser lourd sur la sélection des meilleurs candidats. Le système de scores sert justement à écrémer la masse de postulants. Il se peut que plusieurs personnes soient retenues, mais au final, une seule signera le contrat à durée indéterminée. Pendant votre période d’essai, votre supérieur hiérarchique note vos faits et gestes et remplit une grille d’évaluation détaillée.

Chez SNCF, la procédure d’embauche varie en fonction du poste proposé. Pour le personnel d’encadrement par exemple, la période d’évaluation prend plusieurs mois. Les futurs chefs des opérations sont jugés sur 3 ans de service. Le parcours vers le CDI est beaucoup plus court pour le conducteur de train ou l’aiguilleur des rails, d’autant plus que la compagnie investit sur des formations pour ces métiers. Ces postes sont caractérisés par des tests psychologiques difficiles selon ceux qui les ont passés.

Renforcez des compétences pour intégrer les cheminots

Les métiers proposés chez la compagnie française de chemin de fer sont multidisciplinaires. Tous ceux qui ont intégré cette entreprise nationale de transport disposent préalablement des compétences en rapport avec les postes qu’ils occupent. Les bases en mécanique ou des expériences de chauffeur routier pourront aider si vous souhaitez devenir conducteur de train. Cela dit, une bonne culture générale peut aussi jouer à votre avantage lors de l’entretien. Prenez au moins la peine de vous informer sur les services et l’histoire de la SNCF.

A lire également  Quel est le rôle du Chief Information Officer ? 

La société des chemins de fer tricolore vous impose une longue série de questions pour un temps réduit. Ce serait préférable de travailler votre capacité à vous concentrer. Accordez beaucoup d’attention aux détails. Dans le métier du superviseur ou de l’aiguilleur des rails, le moindre écart peut être fatal pour de nombreux innocents. L’empathie est une autre faculté qui différencie les meilleurs candidats. Les futurs cheminots doivent prendre conscience qu’ils sont au service d’un public hétéroclite qui demande beaucoup de patience.

Pour certains postes, la maîtrise des langues étrangères serait un atout. C’est valable pour les professions commerciales, mais pas seulement. Comme dans l’aviation, les techniciens devront aussi disposer d’une base minimale d’anglais. Autre détail important : la compagnie cherche du personnel procédurier qui sait appliquer le manuel stricto sensu et qui réagira de la manière optimale en cas d’urgence. Une fois devenu cheminot, il vous faut vous souvenir des normes et des règlements à tout moment.

Faites preuve d’intelligence, de positivité et de réactivité

Les tests psychotechniques de la SNCF sondent votre intelligence. Le sens de la logique est primordial pour réussir les différentes épreuves du parcours de recrutement. La compagnie souhaite épaissir ses rangs avec des personnes capables de résoudre les problèmes rapidement dans le calme et le respect des consignes de sécurité. L’attitude d’un futur salarié peut se refléter par ses réponses lors des échanges téléphoniques et des tests. Certaines questions mettent en avant le sens de la responsabilité.

La positivité est indispensable pour passer les tests SNCF. Certaines questions semblent tellement difficiles, que les candidats finissent parfois par laisser paraître leur stress. La panique n’a pas sa place dans un train et elle l’est encore moins chez les aiguilleurs ou le personnel commercial. Bref, en amont des épreuves psychotechniques, prenez le temps d’apprendre à gérer votre stress. Essayez la relaxation, le yoga ou une autre méthode pour être le plus serein possible sans vous endormir une fois face au recruteur.

Il existe divers moyens qui permettent de rester stoïque tout en étant attentif aux détails. Le moins que vous puissiez faire serait de vous entraîner avec des tests psychotechniques types. Retenez également que vous pouvez sauter les questions les plus difficiles afin de mieux gérer votre temps. Cependant, cela réduira vos points. Comme pour les examens officiels, adoptez une bonne hygiène de vie et essayez de dormir 8 heures par nuit au moins une semaine avant de passer les épreuves.

Yohann G.