nvidia

Un pas de plus pour NVIDIA dans l’I.A avec l’acquisition de ARM pour 40 milliards $

C’était à prévoir, le géant Américain NVIDIA viens de racheter ARM pour une somme record de 40 milliards de dollars. Ce rachat risque de chambouler l’industrie des semiconducteurs et par la même occasion, permettre à Nvidia d’avancer à grands pas vers la maitrise de l’intelligence artificielle.

Les bruits de couloir se sont avérés, Nvidia, pionnier des cartes graphiques et de l’IA a confirmé le rachat du fabricant Anglais de puces ARM pour la somme record de 40 milliards de dollars. Cette somme sera en partie reversée en actions et 12 milliards de « cash ». Ce rachat sera finalisé dans les prochains 18 mois et la signature du contrat sera soldée par un premier versement de 2 milliards de dollars.

A titre informatif, la société ARM fût la propriété du géant japonais SoftBank Group Corp, qui lui-même l’avais racheté en 2016 pour la somme de 31,5 milliards de dollars. Ce rachat fut d’ailleurs soldé par une cession d’environ 8% des parts de Nvidia au Vision Fund de Softbank. Les employés de ARM recevront quant à eux l’équivalent de 1,5 milliards de dollars en actions de la part de Nvidia et dans le cas où la société n’atteint pas les objectifs financiers fixés par cet accord, SoftBank sera en mesure de réclamer 5 milliards de dollars en complément en cash ou en actions.

Le rachat de ARM par Nvidia est l’un des transferts parmi les plus importants de toute l’industrie du semi-conducteur à l’échelle mondiale. Cela risque de changer beaucoup de chose sur le marché car il est important de rappeler qu’ARM est le concepteur de nombreux processeurs pour notamment les smartphones, tablettes et ordinateurs portables.

Les professionnels du secteur sont unanimes, le rachat de ARM par Nvidia peut aider la firme et accélérer le développement de sa plateforme d’intelligence artificielle et la rendre accessible à de nombreux appareils grand public et de ce fait, par la même occasion, multiplier les usages dans le domaine du grand public de l’IA.

Nvidia et ARM en phase de créer le premier superordinateur dédié à l’IA

Jeson Huang, le CEO de NVIDIA estime que la fusion entre les connaissances en termes d’IA de la firme et l’écosystème des Processeurs ARM donner des possibilités d’évolution conséquentes dans le domaine du Cloud Computing et que prochainement de nombreux appareils connectés tels que les smartphones, les ordinateurs, les voitures autonomes mais aussi les robots et bien plus d’autres applications seront possibles. Le Computing IA sera alors accessible à tous et dans le monde entier.

A lire également  L’intelligence artificielle au service du monde du jeu

Selon les dires du CEO de la firme américaine, cette acquisition sera par la même occasion une aubaine pour ARM qui boostera ses capacités Recherche et développement mais qui étendra aussi son accès aux technologies de Nvidia en termes d’IA et de GPU.

Tandis que le siège de la société ARM resta basé à Cambridge en Angleterre, un nouveau centre de recherche & développement ouvrira ses portes et dont le rôle sera d’améliorer les connaissances de la firme dans le domaine de l’IA. Le but ultime de cette fusion étant de réussir le développement d’un superordinateur dédié à l’apprentissage et à l’intelligence artificielle grâce à la nouvelle génération de processeurs ARM à venir.

Rachat de ARM par Nvidia : La Chine accuse le coup

Avant d’être officialisée, ce rachat se devra obtenir l’approbation du Royaume-Uni, de l’Union européenne, des États-Unis mais aussi de la chine. Le problème est que les tensions actuelles entre la Chine et les États-Unis risque fort de poser problème dans cette prise de décision.

En effet, le rachat de cette firme Anglaise par Nvidia fait que cette dernière change non seulement de propriétaire, mais également de nationalité. Pour la Chine cela est un réel problème d’ordre économique dans le monde des semiconducteurs car jusqu’à présent, elle avait le contrôle de ARM China. Malgré cette problématique, le CEO de Nvidia, Jensen Huang, affirme toutefois rester pleinement confiant et n’envisage pas d’autre finalité que celles prévues à ce jour.

Un autre risque encouru par ce rachat est que son futur changement de modèle économique pourrait poser problème à ses plus gros clients, et notamment à Apple qui fait usage de ses processeurs dans de nombreux produits. Cependant, ARM affirme qu’il ne lâchera pas pour autant son modèle open-licensing qui lui ont permis d’acquérir leur notoriété que l’on connait aujourd’hui.

Yohann G.