Craig Wright est-il réellement l'inventeur du Bitcoin, Satoshi Nakamoto ?  C'est ce tribunal qui décide.

Un tribunal va trancher sur la véritable identité de l’inventeur du Bitcoin, Craig Wright est-il Satoshi Nakamoto ?

Dans l’arène tumultueuse de la cryptomonnaie, une saga judiciaire à l’enjeu immense attire l’attention du monde entier : la controverse autour de l’identité réelle du légendaire Satoshi Nakamoto, figure énigmatique à l’origine du Bitcoin. Au cœur de cette querelle, Craig Wright, un informaticien australien, revendique depuis des années être l’esprit derrière ce pseudonyme. Cependant, ses affirmations sont loin de faire l’unanimité.

Le débat a pris un tournant décisif lorsque la **Crypto Open Patent Alliance (COPA)**, un regroupement d’acteurs majeurs du monde de la cryptomonnaie œuvrant pour un environnement libéré des entraves des brevets, a porté l’affaire devant la Haute Cour de justice du Royaume-Uni. Les enjeux de cette bataille judiciaire dépassent de loin la question de la paternité du livre blanc du Bitcoin : ils touchent au cœur même de l’avenir de la cryptomonnaie et de sa libre utilisation.

Depuis la publication d’un mystérieux livre blanc en 2008 sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, l’identité de cet auteur est demeurée un des plus grands mystères de l’ère numérique. Wright a créé la surprise en 2016 en prétendant être ce dernier, bien que ces déclarations se soient rapidement heurtées à un mur de scepticisme, faute de preuves convaincantes.

La COPA n’a pas hésité à contre-attaquer, arguant que Wright n’a jamais été en mesure de fournir des preuves irréfutables appuyant ses dires. Pire encore, l’alliance accuse Wright d’avoir falsifié des documents pour appuyer ses allégations. Parmi les éléments controversés, des critiques pointent du doigt l’utilisation prétendue par Wright du logiciel de composition LaTeX pour la rédaction du livre blanc, tandis que des experts s’accordent pour dire qu’OpenOffice aurait plutôt été utilisé.

Lors du démarrage du procès, les avocats de la COPA n’ont pas mâché leurs mots, dénonçant un « mensonge fondé sur un faux récit » de la part de Wright. De son côté, la défense de Wright a présenté ce qu’elle qualifie de « preuves claires » de sa légitimité comme créateur de Bitcoin, dans une tentative de balayer les doutes.

A lire également  Le Bitcoin est-il un investissement sûr ?

Toutefois, l’histoire semble loin de pencher en la faveur de Wright, confronté à plusieurs revers judiciaires dans le passé. Une instance avait même imposé une peine symbolique de 1 £ de dommages-intérêts à Wright, considérant qu’il avait présenté un « dossier délibérément faux ».

Le tribunal devra donc naviguer dans un océan de preuves et de contre-preuves pour tenter de démêler ce nœud gordien. Même si la reconnaissance de Wright comme véritable Satoshi par la justice n’effacerait pas totalement les doutes, une décision contraire pourrait potentiellement mettre fin à ses revendications.

La décision de la Haute Cour pourrait donc avoir un impact retentissant non seulement sur le futur de la technologie Bitcoin mais également sur la perception globale de la fiabilité et de la transparence dans le secteur de la cryptomonnaie. **Craig Wright a-t-il inventé le Bitcoin ?** Seul le verdict du tribunal peut maintenant apporter une réponse à cette épineuse question.

Yohann G.