wistiki

Wistiki : les porte-clés connectés reprennent des couleurs !

Représentative du génie créatif français, Wistiki a connu des hauts et des bas en 4 ans d’existence. La marque de porte-clés géolocalisablels renaît de ses cendres avec de nouveaux modèles après une liquidation judiciaire. Les actions ont été reprises par un visionnaire qui veut lancer des objets connectés pratiques pour le quotidien.

Les porte-clés Wistiki reviennent de loin

Né en 2016 d’une collecte de fonds très enthousiaste, Wistiki a connu 4 années d’existence avant de mettre la clé sous la porte. L’entreprise en liquidation judiciaire depuis avril 2021 a trouvé un repreneur au cœur de l’été. Philippe Duclos estime qu’il est possible de remettre la société centrée sur le hardware sur les rails. Il a hérité d’un catalogue de porte-clés connectés qu’il entend les transformer aux goûts du jour.

Ayant fait l’acquisition de la start-up pour 25 000 euros, l’investisseur relance la production de porte-clés avec quelques nouveautés en réserve. Cependant, l’actionnaire majoritaire et gérant veut avant tout profiter de la notoriété de la marque pour proposer d’autres services basés sur les objets du quotidien connectés.

La marque fait le ménage avant de répartir

Avant de lancer de nouveaux porte-clés, Wistiki doit encore régler les comptes. À ce titre, son actuel patron a constitué une équipe de 4 personnes qui vont l’épauler dans la lourde tâche de redressement. Le repreneur doit mettre au point un processus logistique et établir un service après-vente. Il doit également gérer les multiples bugs rapportés par les clients.

Un simple coup d’œil sur Google Play ou Apple Store suffit pour évaluer l’insatisfaction de la clientèle de la marque. Après ce chantier, il va falloir reconquérir le marché. Bien que pionnière dans le secteur des porte-clés connectés, Wistiki ne jouit plus du statut de leader incontesté. D’autres produits similaires proposés à des prix très concurrentiels sont apparus. Le nouveau patron doit ainsi tout faire pour relancer la vente pour pouvoir financer ses projets.

Bientôt un portefeuille connecté si tout se passe bien

Pour Philipe Duclos, il est impératif de s’adresser à un marché B to B. Ce positionnement demande plusieurs ajustements en interne, mais requiert également de nouveaux produits. Il estime pouvoir convaincre les entreprises de nouer un partenariat commercial avec un catalogue remis au goût du jour. Aux côtés des porte-clés dessinés par Philippe Starck, il y aura des portefeuilles et d’autres objets connectés. L’idée lui vient d’une initiative de Lacoste.

A lire également  Éditeurs de jeux vidéo : proposer des jeux gratuits pour rester compétitifs

La marque des vêtements de sport a projeté de lancer ses portefeuilles connectés dans une cinquante de pays. Les biens peuvent bien être égarés ou volés, mais leurs propriétaires pourront les retrouver grâce à la géolocalisation. Ce projet a été mis en stand-by à cause de la pandémie du Covid-19. Ce qui représente également un gouffre financier difficile à rattraper. Si les ventes reprennent après le lancement des porte-clés aux couleurs gaies, d’autres produits ne devront plus tarder. L’entrepreneur compte notamment sur le décollage du chiffre d’affaires lors des prochaines fêtes de fin d’année.

Détermination et prudence pour compléter l’enthousiasme juvénile

Le repreneur de Wistiki dit avoir appris des leçons du vécu de sa marque. Déterminé à faire face à de nouveaux défis, l’homme déclare ne pas tourner le dos à une levée de fonds. En attendant, il souhaite mettre son approche à l’épreuve afin de trouver une balance commerciale neutre. Désormais, la gouvernance est de mise au même titre que la précaution. Force est de constater que l’enthousiasme juvénile des fondateurs de la marque leur a faussé compagnie. Il a fallu se tourner vers le B to B quand il était encore temps. À suivre.

 

Yohann G.