telechargement illegal

Planete Lolo : Ce n’est qu’un au revoir ?

Bien que la plateforme ait été fermée depuis 10 ans, beaucoup se souviennent encore de l’ambiance qu’il y a eu sur Planete Lolo. Ce fut la plaque tournante du téléchargement illicite en son temps. Les notalgiques fans de warez aimeraient le voir ressusciter comme le font souvent les sites de download. Pourquoi pas ?   

Les internautes se souviennent de Planete Lolo

Le nom de Planete Lolo revient régulièrement dans les discussions d’internaute. Beaucoup se souviennent de ce site pour deux raisons. D’un, c’était LA plateforme de téléchargement gratuit où il fallait être en 2012. Plus que complet, ce board warez a fait le bonheur d’un million de fidèles abonnés. De l’autre, la fermeture manu militari de cette adresse a été très suivi par les médias. Les sanctions pénales à l’encontre de son éditeur furent exemplaires.

La traque des sites de téléchargements gratuits ne date pas d’hier. Planete Lolo ou plutôt son premier responsable en a payé les frais. À l’époque, l’administrateur officiel de la plateforme aka P[4]nzer avait écopé de 5 ans de prison fermes. Deux autres personnes impliquées dans la combine ont été également prises dans les filets de la justice. L’un de ces individus n’était autre que le plus grand uploader du site.

Un site de téléchargement qui a marqué son temps

Les boards warez font leur apparition au même titre que le Web 2.0. Planete Lolo était un leader incontesté des téléchargements illégaux avec quelques 800 000 à 1 000 000 d’abonnés à son actif. À l’époque, cette plateforme offre tout gratuitement. Films, séries, jeux et bien d’autres contenus ont été mis à disposition d’insatiables internautes. Ce trafic monstre représentait seulement une infime partie de tout une économie underground.

A lire également  Adblock Plus : Dossier complet

P[4]nzer fut au sommet de son art (le warez) à l’époque de l’ADSL. Chaque film était fractionné en vingtaine de fichiers zippés. Avec les modems V90 qui pouvaient à peine recevoir 56 kilobits/seconde, il faut patienter une demi-journée pour télécharger « The Amazing Spiderman » ou « Naruto Shipppuden: Road to Ninja ». Comble de l’ironie, les paquets comprenaient souvent un ou deux éléments corrompus.

Les sites de download reviennent toujours

À l’instar de Zone-Telechargement, les sites de direct download sont fermés de force à plusieurs reprises, mais reviennent toujours sous un autre nom. À l’heure actuelle, beaucoup aimeraient voir Planete Lolo redevenir actif sous une identité différente. Dès 2013, certains médias évoquent une possible réapparition avec une bonne couverture. À l’époque, les VPN de l’éditeur n’ont pas pu stopper les limiers de la brigade antipiratage.

En plus de la peine de prison, une amende de 500 000 euros a été prononcée par le tribunal suite à la plainte des ayants droit. 100 000 euros appartenant à P[4]nzer ont également été saisis par la justice. L’affaire devient même un cas d’école en interpellant sur la véritable priorité. Ne serait-il pas plus simple de rendre les divertissements numériques plus accessibles, voire gratuits, au lieu de punir le download sauvage qui profite au plus grand nombre ? À méditer.

Yohann G.