photo représentant la loi RGPD

RGPD au service des publicitaires

La répercussion du RGPD à fait grand bruit dans le monde de la publicité en ligne et le nombre d’internaute ayant fait le choix de partager leurs données et de plus en plus minime avec cependant un contre-coup inespéré pour les publicitaires car les consommateurs qui partagent encore leurs données en ligne ont une valeur bien plus importante, ces derniers n’ayant « rien à cacher »…

Depuis que le RGPD est rentré en vigueur, les usagers d’internet peuvent enfin contrôler leurs données personnelles fournies aux divers services et sites web qu’ils consultent. De ce fait, la masse d’information collectée par les organismes d’analyse à fortement baissé.

Ces deux dernières années, ce sont plus de 11% des utilisateurs qui ont tout simplement arrêtés de partager leurs données personnelles en ligne du fait de la RGPD. Pour ceux qui n’en auraient pas encore pris connaissance et qui souhaitent comprendre le RGPD, sachez que cette loi vous donne la possibilité, en tant que résident de l’UE de connaitre quelles sont précisément quelles sont les données collectées et quelles en sont la finalité. Autre fait intéressant, il vous est donné la possibilité, sur simple demande de faire supprimer ces informations peu importe la raison.

Par ailleurs, il à également été remarqué qu’une étude récente du MIT que le volume global de données collectée n’a cessé de croitre, notamment car les internautes qui ne configurent pas le refus systématique de partage de données mais aussi du fait que les données d’analytics sont de plus en plus nombreuses. De manière générale, la traçabilité des usagers acceptant de partager leurs données personnelles a augmenté de manière drastique, et plus précisément de 8% environ depuis l’entrée en vigueur du RGPD

Afin de mener cette analyse poussée, les chercheurs du MIT ainsi que ceux de l’Université de Columbia ont réalisé une étude via une entreprise publicitaire anonyme spécialisée dans l’Analytics des agences de voyage en ligne. Ces données sont le fruit d’une campagne ayant eu lieu entre le 1er janvier et le 31 juillet 2018. Le RGPD quant à lui, est rentré en vigueur en mai 2018.

Depuis l’entrée en vigueur de la RGPD, certains internautes partagent encore plus de données personnelles.

Les régies publicitaires et les entreprises spécialisés dans l’Analytics mesurent entre autres le ratio existant entre le nombre de clics et les conversions, c’est à dire, l’achat d’un bien ou d’un service. Pour cela ils ont besoin de données pour cibler précisément leur audience. Pour se faire, une majeure partie d’entre elles utilisent les cookies, d’où le bandeau d’acquiescement présent sur les sites à même de collecter des données sur le sol de l’U.E

A lire également  Ancienne base de données de commerce électronique ? 3 façons d'en créer une nouvelle pour les équipes de vente !

L’entrée en vigueur de la RGPD à drastiquement fait chuter le traçage par cookies de plus de 12,5%, un coup dur pour les publicitaires qui doivent désormais davantage se concentrer sur le machine Learning pour analyser les données ainsi collectées plutôt de de se baser sur leurs statistiques brutes.

Le point positif de ces restrictions et de la baisse d’internautes partageant leurs données c’est que la majeure partie de ceux qui n’utilisent pas d’application ou ne configurent pas leur navigateur de manière à protéger leur confidentialité permet d’améliorer l’outil publicitaire amenant à viser les utilisateurs de manières plus ciblée. Les campagnes Marketing avancées comme le nurturing s’en ressortent ainsi plus performantes, personnalisés et efficaces. Un véritable pied de nez à la RGPD supposé inverser la tendance.

C’est précisément pour cela que de manière globale, la traçabilité de ces internautes à augmenter de 8% malgré l’application stricte de la RGPD. Pour se protéger, il ne faut surtout pas hésiter à faire usage de logiciels comme AdBlocker voir de passer son navigateur en navigation privée.

Enfin, il faut également savoir que les données publicitaires ainsi récoltés permettent d’améliorer le ciblage publicitaire, et ainsi s’adapter aux habitudes de l’internaute en affichant des encarts publicitaires intéressants et pertinents plutôt que de la pub aléatoire, par ailleurs souvent peu appréciée par les usagers.

Là où ces données peuvent s’avérer être une bonne chose aussi bien pour les publicitaires que pour les internautes, ces dernières peuvent être utilisés à des fins clairement douteuses, comme par exemple, adapter le prix selon votre provenance ou vos ressources ou votre terminal (Android, Apple.) une pratique méconnue mais pourtant très répandue dans le milieu du commerce et de la prestation de service.

Yohann G.